Millevaux

logo libre de droits (télécharger ici)

« L’absence de sens du monde et de la vie. Une fresque de dégénérescence du corps et de l’esprit. Une humanité en déliquescence qui pourrit dans ses derniers moments. » Valentin T.

« Un perpétuel recommencement, un bouillonnement inouï de possibilités qui se déforment et pourrissent ou deviennent autre chose avant d’avoir pu vraiment arriver à maturité. Un monde où l’humanité est un accessoire indispensable. Où l’individu n’a aucune chance, ni même, vraiment, les communautés, mais où l’espèce se pliera pour persister. », Gherhardt Sildoenfein

« Quand je pense à Millevaux, je m’imagine une forêt sans âge dans la pénombre avec des femmes et des hommes qui déambulent sans savoir vraiment où ils vont, et des créatures tapies dans l’ombre, probablement des femmes et des hommes qui ont déambulés aussi et qui se sont perdus à jamais jusqu’à devenir des monstres. », Gaël Sacré

« Millevaux pour moi c’est comme plonger dans un caisson d’isolation sensorielle où la conscience hallucine avec le pire et le meilleur d’elle-même, où l’imagination pioche dans le registre charnel et viscéral, dans la flore intestinale et dans la faune impalpable qui peuple l’arborescence et les méandres de nos cerveaux, où tout est animé de l’inertie et de la rage sourde d’un couplet de sludgecore, et où la voix de Thomas est tout à la fois le tempo, la branche inattendue qui sauve des sables mouvants et la racine sournoise qui happe la cheville. », Romain Le Corre

« Millevaux ? C’est la forêt dans le fond du jardin de mon enfance, sombre, inconnue et pleine de créatures invisibles mais dangereuses. C’est un laboratoire, un endroit où tout concept peut être tenté par le joueur, avec un MJ réactif mais pas bloquant. C’est une zone d’ombre libre dans laquelle l’horreur nourrit l’espoir de vivre. », Fly’n Oolong Sword

« La rencontre avec Thomas, un livre avec des feuilles mortes et de la dentelle, la possibilité pour un auteur ou un meneur d’explorer le même univers sous des tas d’angles différents, mais aussi plein d’autres choses ! », Vivien Féasson.

Millevaux est un univers post-apocalyptique forestier. Les ruines de l’Europe. La civilisation s’est effondrée. Une forêt mutante et hostile recouvre tout le continent.

Retrouvez la communauté Millevaux sur le canal Discord dédié ou posez des questions sur le forum L’arrière-cuisine du bûcheron

Quatre menaces :

L’oubli, une corrosion de la mémoire.

L’emprise, phénomène biologique qui transforme les êtres et les choses.

L’égrégore, amassement de toutes les passions humaines, crée des lieux et des êtres hantés.

Les horlas, des monstres qui sont le fruit de l’emprise et de l’égrégore.

Les humains survivent et se battent dans l’espoir d’un jour reprendre prise sur leur environnement.

Voir aussi : un logo Millevaux alternatif par JBFH, sous licence CC-BY-SA. Merci à lui !

Communauté en ligne

Livres d’univers

Littérature

Jeux dont je suis l’auteur

Jeux par la communauté

Aides de jeu

Musique

Icônographie

Podcasts

Articles

Bibliographie

illustration : Rob, licence creative CC by-nc, galerie sur flickr.com

28 commentaires sur “Millevaux

  1. Ping: Sombre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s