Parties de jeu de rôle en audio

Les actual play se sont enchaînés et si j’en ai mentionné quelques uns dans la série des Podcasts Outsider Magneto, beaucoup n’étaient pas référencés correctement. C’est maintenant chose faite avec cette base de données exhaustive ! Je tâcherai de la mettre à jour tous les mois.

Victor Grigas, cc-0, sur Wikimedia Commons

** : partie enregistrée, sans compte-rendu écrit
(en) : en anglais

DANS L’UNIVERS FORESTIER DE MILLEVAUX

Arbre

  1. Balade pour une tribu
    (Quatrième test du bac à sable Balade pour un missile, quand la virée tourne au cauchemar)

2. La Lande
(Une nouvelle forêt pour Arbre : La Lande, désert de sel, de vent et de désolation.)

3. À l’intérieur de la nuit
(La découverte douloureuse de la condition vampirique au cours d’une nuit sans fin.)

4. Animalia **
Quand des éleveurs de chiens de chasse se réveillent séparés de leur meute dans un étrange village qui obéit à un code inquiétant, qui questionne le rapport entre l’humain et l’animal

5. Les poupées rousses
(Le remake millevalien de Des souris et des hommes par Simon « Angeldust », CR et enregistrement en musique à l’appui !)

6. Scôhhé
Début de campagne dans les Vosges tout en terroir et en patois avec le parcours frustre et intimiste d’un jeune vacher et de son compagnon bourru. Un récit et un enregistrement de partie par Claude.

Bois-Saule

  1. L’apprenti qui m’aimait **
    Premier test de la version duo de Bois-Saule pour une aventure chamanique à la poursuite d’un noir passé.

2. La chasse aux dieux **

Pour cette partie enregistrée en duo, découvrez l’épopée étrange et glauque d’une chasseuse de dieux qui transporte le corps de sa sœur morte.

3. Et des lombrics **

Claude Féry adapte ce jeu solo en jeu à deux pour une version magnéto. À écouter si vous ne craignez pas les lombrics et tout ce qui fouaille dans le sol.

4. La mort de la vieille dame

Une réédition de l’expérience Bois-Saule à deux, pour un épisode très introspectif où le jeune Léo se confronte à la finitude de toute vie. Un enregistrement et un récit par Claude Féry !

Charogne

1. Le maître des forges de l’enfer

Premier test de Charogne, ce jeu éprouvant et cathartique où le personnage est confronté à l’émergence d’une Organisation qui va rejeter sa communauté dans les forêts hostiles pour la défricher. Un récit et un enregistrement de partie par Claude Féry.

Cœlacanthes

  1. Les Sangliers déferlent sur la plage
    Arciesis fait jouer au pas de course la campagne entière de Coelacanthes ! Avec un grand investissement dans la préparation et l’accessorisation, Camille nous offre une plongée frénétique dans les cauchemars de Millevaux. Avec un enregistrement audio, un compte-rendu écrit, et des photos.

Dégringolade

1. L’Astrolabe

Lors de l’exploration d’un Paris inondé, un groupe de mémographes cherche paradoxalement à se délester de ses souvenirs trop lourds. 

Un enregistrement et un récit de partie par Claude Féry pour le jeu de rôle Dégringolade (la quête de l’oubli dans la forêt de Millevaux).

2. Aux jours d’hier, la ronde de l’ou li **

Suite de la campagne Les Brimbeux. Les personnages, devenus mémographes vont rencontrer une vieille femme qui confond les différents personnages incarnés par la même personne et affronter une tempête d’égrégore. Un enregistrement par Claude Féry.

3. Les Cœurs Secs **

Suite de la campagne Les Brimbeux, accompagné d’un très beau poème épique. Un enregistrement de partie par Claude Féry.

Écorce

1. Le col du Grabougnat **
Une escapade tragi-comique dans les Hautes Vosges sauvages et redoutables !

2. Maléfices à Fossemer
(Suite de la campagne vosgienne dans un village de mécréants où le diable se cache dans tous les détails ! Compte-rendu rédigé par Brisecous. )

3. La Roche du Diable **
Deux Corax prisonniers dans une boucle temporelle et motivés par la vengeance !

Fripouille

  1. Les Brimbeux
    Premier test du jeu par Claude, Gabriel et Mathieu Féry. Création de personnages et menues péripéties autour d’un cadenas mémoriel et d’une crête de punk.

2. Trouille
Suite de la campagne menée dans les hortillonnages normands, une petite Venise maraîchère hantée par de dangereux horlas à tête de courge. Avec un test de « pas de côté » sur la prise de narration lors des jets de dés. Récit et enregistrement par Claude, Gabriel et Mathieu Féry.

3. Le voleur de gidouille
Troisième opus de la campagne Les Brimbeux, par Claude Féry. Une partie toute en narration, avec d’étranges rencontres et d’étranges reliques

4. Que meure la bête **
Une séance entière de planque pour échapper au monstrueux propriétaire de la gidouille. Un enregistrement de partie par Claude Féry, avec Gabriel et Mathieu Féry ! 

5. Mala **

Une partie des plus étranges au cœur de la forêt hantée par un horla, sans presque aucun jet de dés. Un enregistrement par Claude Féry.

6. Écoute **

6ème épisode de la campagne des Brimbeux. Un épisode marécageux en quête de nourriture et d’un copain disparu. Une partie rythmée par une scansion hallucinée tirée d’une fiction audio de Carine Lacroix.

7. Pleurer les mots **

7Ème épisode de la campagne des Brimbeux. Pour sauver leur camarade, nos jeunes héros s’aventurent dans le territoire cauchemardesque des sœurs tisseuses. Un enregistrement par Claude Féry.

8. Samaël

Alors que la terre est de plus en plus soumise au déluge, un jeune vacher rejoint le groupe des brimbeux. Récit et enregistrement de la première séance d’un rôliste de dix ans, par Claude Féry.

9. Alphonse

Suite de la campagne des Brimbeux. Alternance de paysages et de rencontres étranges, et interrogation sur le jeu descriptif VS les émotions des personnages. Un enregistrement et un récit par Claude Féry

10. Rouge

Une exploration de la forêt du dessous. Pour cette suite de la campagne Les Brimbeux, un récit et un enregistrement de partie par Claude Féry ! 

11. Marie

Suite des pérégrinations des petits brimbeux dans la forêt du dessous, avec la rencontre de ses étranges habitants… et d’une femme astronaute. La collecte des noix pour les futurs rêves a commencé. Un récit et un enregistrement de partie par Claude Féry !

12. L’Astrolabe **
J’utilise le jeu de rôle Fripouille pour maîtriser un des tous premiers scénarios Millevaux faits par la communauté. Où l’on s’amuse à détourner un scénario d’action lovecraftien pour en faire une aventure hautement contemplative.

13. Le Crafougna **

Une exploration de la forêt du dessous qui se solde avec la rencontre d’un croquemitaine issu de cauchemars enfantins… et un choix difficile. Un enregistrement de partie par Claude Féry !

Grogne (FKA Empreintes & Horlas, ancienne version d’Écorce)

  1. Le Colonel Boutefeu
    (Escapade à Noirmont-Ferrant pour ce premier test !)

2. Bugarach Survivors
(Un décor de l’Atlas adapté à Empreintes & Horlas pour une séance bien tendue !)

Inflorenza

  1. La Forêt-Galerie
    (Mode Carte Blanche avec un seul personnage et réflexions sur le partage de la narration)

2. La Forêt du Docteur Chestel
(Un enregistrement de partie / aide de jeu en mode Carte Blanche)

3. Au Cœur de la Bataille
(Un enregistrement de partie / aide de jeu en mode Carte Rouge)

4. Moins Quarante
(Faire forfait face aux rudesses du climat.)

5. Sur les défenses du Grand Dieu Morse
(Deuxième incursion dans le cauchemar de glace de la zone de Moins Quarante.)

6. Caligula
(Orlov nous livre un compte-rendu de notre test du théâtre lunaire au souffle tragique d’Arjuna Khan, et d’une nouvelle variante : Inflorenza six en banque !)

7. Les Chemins de Compostelle / Venise Mortelle / Au Nord, sous les étoiles silencieuses
(Tri-théâtre joué en Carte Rouge, vertige logique à tous les étages où le temps, l’espace, la mémoire, la causalité et l’évolution se confondent. Une ascension du mont Mindfuck par la face Nord et sans oxygène dont ne sort pas indemne.)

8. Duels
(Une série de défis gigognes pour ce Millevaux décalé sous la forme d’une uchronie des guerres napoléoniennes, une aventure entièrement composée de flashbacks, un hommage au films Duels de Ridley Scott, du cape et d’épée badass et du jeu sans instance ! )

9. Othello / Damoclès
(Inflorenza, les règles audio, à travers une partie solo riche en duels de cape et d’épée ! )

10. The Highway of Tears ** (en)

A sad and shamanic road-movie in the vast forests of the Great North

11. La Tour de Malombre

Une quête mystique au cœur des Pyrénées. Une partie-découverte des règles aussi technique que touchante.

12. North, under the silent stars (en)

A tribal drama in the coldest and darkest place in the world. With a written report by Orane !

13 London Girls ** (en)
Playing loser girls in search of love, friendship and success in a city invaded by the forest (but who cares ?)

14. La Jetée

Une adaptation rôlistique et millevalienne du photo-roman de Chris Marker pour une partie tout en instants suspendus. Bienvenue dans le vertige logique sans mouvement.

15. The Caminos de Santiago ** (en)
Passion walks next to faith towards the sacred basilisk of Santiago de Compostella.

16. Caligula ** (en)

May they hate me, as long as they fear me. Absurd tragedy on Lunar Roman Empire

17. Below Forty ** (en)

Men, beasts and Gods in the icy hell of Milesvale’s Great North

18. The Cabin ** (en)

Passionate love, hatred and coldness amongst the ponds and wrecks of Estonia

19. Isula di Suspiriu **(en)

The one Mauru notifies, this one dies. A story of revenge and supernatural fate in Corsica, the Island of Sighs

20. Mortal Venice (en)

Swashbuckling in the dried city of the Doges ! With a written report by Orane

21. L’Hôpital **

Une partie enregistrée d’Inflorenza, jouée avec le théâtre d’horreur psychiatrique « L’hôpital », par Eugénie. Au menu, un patient en conflit avec la réalité, accompagné de deux allégories : Le jugement et la déviance. Et comme de bien entendu, du vertige logique à tous les étages.

22. Cancer Zone ** (en)

Path covered with asphalt, pierced everywhere by roots. Time for wrath, faith and riot ! Burn the road, burn !

23. Eireann Archipelago

Though Ireland is divided into a thousand island, the heart of the land is still united.

Inflorenza Minima

  1. La Carlingue
    (Test du théâtre sous-marin et passionnel d’Arjuna Khan, où l’on découvre le besoin de simplifier Inflorenza minima.)

2. L’inconnu

(Animal, bois, mémoire, chasse, chair, sève : un théâtre qui tient en six mots, Inflorenza minima arrivé à son stade final d’épure, pour une histoire cruelle de mémoire et d’envie.)

3. Aux grands maux les grands remèdes

(Émotion au rendez-vous pour ce nouveau tutoriel d’Inflorenza minima, cette fois-ci enregistré, avec Valentin en meneur !)

4. Millecrocs

(Pour cette séance radiophonique : la dangereuse quête du savoir dans une forêt hantée par nos monstres intimes.

 5. Les Guerres Médiques
Les dernières heures avant la déferlante des armées perses dans Millevaux, avec Epiphanie en MJ !

6. Samarobriva
Une aventure introspective où un horla est tiraillé entre la protection de la ville d’Amiens engloutie par le marais et la protection d’une antique estampe. Entre le mobile et l’immobile, entre le montré et le non-rêvé, un enregistrement par Claude et Gabriel.

L’Auvergne de tous les dangers

L’Auvergne de tous les dangers

  1. Vulnérable comme un chien errant **

Une partie enregistrée en mode jeu de rôle pour tester un projet de livre-aventure dans l’univers de Millevaux !

2. Donne-moi un nom **

Une partie-test du livre dont vous êtes le héros Millevaux avec une joueuse qui fouille et exploite toutes les issues potentielles de l’aventure. Préparez-vous au vertige des possibilités.

3. Guérir à tout prix **
Suite d’une partie audio-test du livre-aventure Millevaux jouée en audio en mode complétiste. Il nous a fallu deux grosses séances pour finir une seule quête, mais c’était justement passionnant de tout parcourir de fond en comble !

L’Empreinte

  1. Notre-Dame de la Confiance
    Premier test de l’Empreinte, pour une ambiance d’horreur rurale oppressante et pittoresque à souhait ! Et quelques mécanismes qui seront revus avant la publication.

2. Anthurus
Quand un champignon envahit un étrange mais paisible village ukrainien et qu’il sème la misère, la terreur et la mort. Un récit et un enregistrement par Claude Féry.

3. Au-delà de Niš
Dans les Balkans, une bande d’enfants Roms coincés entre des adultes qui les exploitent et des ruines maudites. Une partie audio par Claude Féry, Gabriel Féry, Mathieu Féry, assortie d’un contexte complet et d’un compte-rendu écrit !

4. Zamojski Most
Une partie conceptuelle à l’ambiance crépusculaire… Quand la menace concerne… le vœu de silence d’une minuscule communauté monastique des Balkans. Un récit et un enregistrement de partie par Claude Féry et Gabriel Féry.

5. Incunabuli
L’Empreinte utilisée pour retranscrire l’horreur et le réalisme magique d’un univers étrange : La Côte. Un enregistrement et un récit par Claude et Gabriel Féry

Les Murmures de Shub-Niggurath

  1. Ce qu’on lui chuchotait à l’oreille
    Premier test de cette nouvelle version des Murmures de Shub-Niggurath. Un enregistrement et un récit par Claude Féry, Gabriel Féry et Mathieu Féry

2. Dusan et le fils du Ciel
Dans ce test la version la plus récente du jeu, Claude et Gabriel Féry nous entraînent à la poursuite de deux humains condamnés par leur propre orgueil à devenir monstres.

Les Remémorants

  1. La faute aux mains
    (Un premier test poignant du jeu autour de la mémoire et de Millevaux)

2. De sources sûres
(Archives, Père Castor et figurants, le dilemme de la gestion des remémorances.)

Les Sentes

  1. Le cercle de mémoire
    Un enregistrement d’une partie des Sentes jouée sous son format jeu de rôle, autour d’une petite cohorte perdue dans une forêt où règne la nuit éternelle. En bonus, la réaction d’un des joueurs sous la forme d’un article.

2. Les Oiseaux **
L’enregistrement d’une session du jeu de rôle grandeur nature Les Sentes que j’ai animée. Quand des chasseurs d’oiseaux désespérés se confrontent à des trains fantômes qui ravivent leurs pires souffrances existentielles. Entrez dans l’univers ensorcelé et halluciné de Millevaux ! Un enregistrement par Claude Féry, un grand merci à lui ! 

3. Devenir arbre

Un test à 12 personnes qui marque une scission entre les joueuses en transe et celles plus en recherche de contrôle, qui donnera lieu à des débats passionnés en vue d’aller plus loin vers le design inclusif. Avec des enregistrements par Claude Féry et JC Nau.

Little Hô-Chi-Minh-Ville

1. Soleil Rouge

Le Soleil se lève : Soyez prêts pour la lutte finale. Épisode-pilote d’une campagne en mode série TV.

2. La Cellule de Lazare

Quand le commando s’acquitte enfin d’une mission, la perspective orageuse d’un carré amoureux vient tout assombrir.

3. Opéra

La plus sûre façon de décrocher un job est-elle de tuer son employeur ?

4. Le soleil se lève

Le final de la campagne, un acte apocalyptique où le groupe se déchire. Et dans cette folie ambiante, des questions sur l’équilibre des dilemmes moraux et in fine sur le partage de la narration émergent, qui m’amèneront à grandement changer la face du jeu.

Magnéto Millevaux

  1. Ligne 16: Botzaris – Warhol-Hirst **
    Un crossover entre le GN Magnéto Millevaux et l’univers post-soviétique de Yirminadingrad pour cette partie solo par Prokrast !

Marchebranche

  1. La forêt des égarés
    Première partie en ligne de Marchebranche, missions étranges, tarots trouvés et forêts limbiques. Un compte-rendu écrit par Thibault Boube, le joueur d’Ir.

2. Le choix de Sable
Le retour d’anciens personnages, une aventure complexe parcourue de faux-semblants. Et une réflexion sur le jeu de basse et l’esprit pionnier.

Millevaux Sombre

L’occasion d’explorer une zone assez exotique de Millevaux : les Royaumes Mèdes, avec un périple qui entraînera de fidèles musulmans de la foisonnante Casa Negra aux terres sacrées des guerriers Dogons, en passant par le désert du Sahara, ses mystères et ses embûches.

Odysséa

  1. L’île des morts

Dans cette partie-tutoriel, je joue un personnage tout en transmettant mes techniques de maîtrise à notre confident ! Au menu : une équipe en crise, des bien-aimés à sacrifier et à secourir et un voyage dans deux lieux emblématiques : l’île du Cyclope et l’île des Morts.  Un enregistrement de partie à écouter comme une aide de jeu, et un récit en prime !

Sève

  1. Sœurs Tisseuses

Premier test de la nouvelle version de Sève, enregistré et narré par Claude et Gabriel Féry.  La confrontation avec des araignées entraîne l’effroi et le dépouillement de deux enfants perdus dans les bois près des hortillonnages de leur communauté. 

2. Je suis un Caillou

Quand l’égrégore permet toute la puissance d’une chanson. Suite de la campagne des Brimbeux avec un détour mécanique par le jeu de rôle Sève ! Un enregistrement et un récit par Claude Féry.

3. Kipande, les galeux

Un interlude à la campagne des Brimbeux, joué avec Sève, l’occasion d’un périple en barque ronde sur les terres inondées des hortillons, avec un accent toujours plus mis sur la mise en scène et la narration. Un enregistrement et un récit par Claude Féry. 

Systèmes Millevaux

  1. [Dragon de Poche] Autruches & Crapauds
    (Autruches by the book, création de personnage en roleplay, aventures pittoresques et ras de terre.

2. [Krystal] L’Arbre des Vies
(Krystal, un jeu de rôle post-apocalyptique forestier porteur d’espoir : je me devais absolument de le tester ! )

3. [Lamentations of the Flame Princess] Sur la chaîne Pilule Rouge, une série d’Actual Play de Lamentations of the Flame Princess joués dans l’univers de Millevaux ! **

4. [GN Millevaux / Ho’oponopono] Une dernière chance

Quand le jeu de rôle grandeur nature à la nordique s’invite à Millevaux. Une expérience intense. Avec en prime des captations audio des ateliers par Thomas B. !

5. [Milky Monsters] Pigasus

Le clan Féry teste Millevaux avec Milky Monsters, le jeu de rôle old school pour les plus jeunes ! Une version édulcorée et rigolote de Millevaux qui ne manque pas de convoquer une de ses créatures les plus emblématiques : la Mère Truie. Un récit et un enregistrement par Claude Féry

6. [Milky Monsters] La Ténébreuse **

Une nouvelle incursion millevalienne dans ce jeu de donjon enfantin, avec la rencontre de moult créatures aussi sympathiques qu’inquiétantes. Un enregistrement de partie par Claude Féry.

 

Terres de Sang est Millevaux

  1. Sérum d’espoir
    Explorer Millevaux depuis l’enclave suisse technologie et isolationniste. Périls et cas de conscience en perspective. Un récit par Claude !

2. Je ne regrette rien
Suite de Sérum d’Espoir, l’exploration de la Saxe par des dissidents helvétiques. Noires réminiscences et dangereuses rencontre en perspective. Un récit et un enregistrement de partie par Claude !

MES AUTRES UNIVERS

Marins de Bretagne

  1. Le Phare Maudit.

Avec l’équipe de l’émission radio Des Luds et des Plums, nous jouons une partie de Marins de Bretagne avec une chaude ambiance malgré la rudesse de la tempête !

Le Témoignage

  1. Émile Zola à la recherche du Vide Fertile *

Premier test du Témoignage pour cette partie solo tutoriel où un concept de jeu de rôle devient le prétexte à une quête étrange et hallucinée

S’échapper des Faubourgs

  1. Des murs et des briques
    (La rencontre de trois souffrances au cœur d’un plat pays de neige et de cendre.)

2. Voir au travers
(Drame au sein d’une famille qui a été et d’une famille qui aurait dû être, cruauté du destin.)

Wonderland

  1. La Cuisine du Cauchemar
    (Mindfuck à tous les étages dans ce restaurant en crise ; réussite du jeu moral.)

2. La Nouvelle Cuisine du Cauchemar
(On refait La Cuisine du Cauchemar, en jeu esthétique.)

LES ADAPTATIONS DE MES JEUX PAR D’AUTRES

Le Monde des Brumes

  1. Le Prince des démons
    Je teste enfin le hack d’Inflorenza pour jouer du film de sabre : combats et ambiances épiques à l’horizon !

LES JEUX ET LES UNIVERS DES AUTRES

  1. Billet Rouge **

2. Café Noir **

3. Explonarrateurs (dans l’univers de Harry Potter) ** (première partie) (deuxième partie)

4. Lady Blackbird **

4. Lady Rossa **

5. Les Sauveurs **

6. L’étrange Manoir **

7. Libreté **

8. Mantra **

9. Monostatos **

10. Prosopopée **

11. Terres de Sang **

12. The Agents **

13. De Mauvais Rêves **

Je vous invite à soutenir mon activité créatrice via Tipee

Je suis créatif parce que c’est un besoin et une vocation.

A peu près au même moment où j’ai décidé de devenir créatif à temps plein, j’ai abandonné l’idée de vendre mes œuvres. Je veux les partager avec le plus grand nombre, et ceci implique la gratuité pour tout ce qui est immatériel, et la vente à prix coûtant pour ce qui est des livres. Le partage induit aussi l’accessibilité à tous et toutes : tous mes textes sont téléchargeables (en pdf, version texte comme version illustrée et en format traitement de texte) de façon gratuite et directe, sans avoir à créer de compte nulle part. Toute mon œuvre est dans le domaine public vivant, c’est-à-dire que toute personne créative peut se l’approprier, la rediffuser ou la modifier sans avoir aucun compte à me rendre, et c’est ce qui se produit déjà depuis deux ans, pour mon plus grand bonheur.

C’est ma contribution à une révolution créative que tout le monde peut entreprendre.

De surcroît, l’abandon des royautés d’auteur m’offre une grande souplesse. Je n’ai plus à arbitrer mon temps créatif entre des activités rémunératrices et des activités bénévoles. Comme toutes mes activités sont bénévoles, je peux aussi bien créer des livres que des comptes-rendus de partie, des articles, des photomontages, ou aller à la rencontre de la communauté.

Mais pour autant, comme tout le monde, je dois contribuer aux dépenses du foyer. Quand j’ai quitté mon travail salarié il y a deux ans, j’ai perçu l’aide à la création d’entreprise ce qui m’a assuré un revenu vital. Mais aujourd’hui, j’arrive en fin de droits et je n’ai plus droit non plus au congé parental. C’est ce qui motive l’ouverture d’une cagnotte sur Tipee.

Je veux continuer à offrir du contenu gratuit et accessible pour tous et toutes. Mais pour autant, je veux aussi continuer à contribuer aux dépenses de mon foyer (j’ai une épouse et un enfant). Pour être transparent avec vous, il me reste de l’épargne, mais elle finira elle aussi par s’assécher.

J’ai fait vœu de pauvreté volontaire. J’achète le moins possible de biens de consommation. Dans le meilleur des cas, je m’en passe, sinon je bricole. Quand il me faut absolument acquérir des objets ou des services, j’essaye de passer par des filières d’occasion, de dons ou d’échange.

Si vous appréciez mon œuvre ou ma démarche, je vous offre l’opportunité de permettre que ça se poursuive dans les mêmes conditions. Entendons-nous bien, quand bien même j’aurais épuisé toutes les solutions de financement, je continuerai à créer, mais soit mon œuvre sera payante, soit elle sera plus modeste.

L’objectif de ce Tipee est de me permettre de continuer à créer tout en contribuant aux dépenses incompressibles du foyer, mais aussi aux quelques dépenses liées à mon activité créatrice, notamment les déplacements pour les rencontres.

Je vous invite à offrir un soutien inconditionnel. Cela signifie :

+ Aucune contrepartie spéciale pour les personnes qui financent mes créations (puisqu’elles resteront gratuites et accessibles pour tous et toutes).

+ Aucun traitement de faveur (ou plutôt tout le monde bénéficie d’un traitement de faveur : ainsi, je réponds à tous les mails et appels, et j’offre mes conseils et les versions brouillon de mes travaux en cours à quiconque en fait la demande).

+ Aucune direction donnée à mon travail. Si vous soutenez, c’est pour me permettre de créer, mais ni les personnes qui me financent, ni personne d’autre d’ailleurs, ne préconise le type de contenu sur lequel je vais travailler, pas plus que je ne m’engage à délivrer un contenu précis en ouvrant ce Tipee. Le soutien couvre la totalité de mon activité, qu’il s’agisse d’articles, de livres, de podcasts, de photomontages, de rencontres ou quoi que ce soit d’autre. Bien entendu, si la direction artistique que je prenais à l’avenir venait à vous manquez d’intérêt, sentez-vous libre de retirer votre soutien.

J’alimenterai le compte Tipee avec un journal mensuel de mes activités, mais il sera accessible à tous et toutes.

L’idée est de vous permettre d’expérimenter un nouveau mode de solidarité créative.

C’est à la fois une réinvention de l’antique coutume de jouer au chapeau, et autre chose : c’est l’occasion de tisser une relation avec chacun et chacune d’entre vous.

crédits : Tjook, licence cc-by-nd, galerie sur flickr.com

A toutes les personnes qui se joindraient à l’aventure, j’adresse un remerciement venu du fond du cœur.

A toutes les personnes qui s’abstiendraient de financer parce qu’elles sont sans le sou ou sceptiques de la démarche, j’adresse le même remerciement. Je vous remercie pour tout l’intérêt que vous portez à mon travail, et je vous invite à soutenir d’une façon qui vous conviendrait mieux, de façon monétaire ou non. Un simple mot ou un partage, c’est déjà beaucoup, parce que beaucoup de personnes créatives ont juste besoin de ça.

Lettre ouverte aux joueurs et aux joueuses

Bonjour, chers amis joueur.se.s qui étiez à ma table pour une séance de jeu de rôle.

Je publie les compte-rendu de nos parties, j’espère que cela vous fait plaisir. J’ai anonymisé pour respecter votre vie privée. Toute critique ou commentaire sont les bienvenus, par mail ou directement sur le forum (à ce moment-là, c’est à vous de voir si vous dévoilez quel personnage vous avez joué). Je vous remercie également de passer le message autour de vous. Cela permet de donner un impact à cet œuvre de restitution.

Vous pouvez d’ailleurs retrouver mes comptes-rendus de partie préférés de tous les temps ici. Il se pourrait qu’y figure une séance à laquelle vous avez pris part !

Vous pouvez également me retrouver sur mon blog Outsider (une MAJ une à deux fois par semaine)

Et sur les réseaux sociaux, avec Outsider Daily (une MAJ par jour sur mes travaux, le jeu de rôle, la créativité, le folklore personnel, l’autodiffusion et l’indépendance) : Facebook , twitter, le forum de Terres Étranges, des Courants Alternatifs et de Casus No. Six endroits différents pour retrouver les mêmes news.

Enfin, comme vous le savez, je me consacre à temps plein à la créativité. C’est ma vocation. En jouant, vous avez déjà soutenu cette vocation et je vous en remercie. Si vous souhaitez m’encourager à poursuivre, vous pouvez de nouveau apporter votre soutien de multiples façons.

Au plaisir,

Thomas Munier

Mes comptes-rendus de partie de jeu de rôle préférés

J’écris des comptes-rendus de partie depuis dix ans environ. Si une cinquantaine d’entre eux ont été perdus à la faveur de disparitions ou de remaniement de forums, il en demeure presque quatre-cents, dont une majorité de parties dans l’univers forestier de Millevaux (dont voici d’ailleurs la compilation totale, triée par contrées).

Les comptes-rendus de partie sont une façon de prolonger le plaisir d’une aventure vécue ensemble, un terrain de réflexion en game design, une aide de jeu précieuse et aussi une expérience littéraire à part entière.

Je crois toujours en leur intérêt de passer une à trois heures pour écrire chaque compte-rendu. Aujourd’hui en revanche, la somme des comptes-rendus publié atteint une masse qui la rend difficile d’accès. Voici donc, pour vous offrir une introduction à ma façon de faire du jeu de rôle, de faire tourner mes propres jeux, d’imaginer des aventures en groupe, et tout simplement pour entrer dans mon univers, une compilation de mes comptes-rendus de partie préférés.

Ce ne sont pas toujours les meilleures parties, car parfois le compte-rendu ne fait pas honneur à une partie mémorable, et parfois une partie en demi-teinte est sublimée par le compte-rendu ou apporte une grande leçon de jeu. Et parfois la magie opère du début à la fin, du moment où les personnes s’installent à la table de jeu jusqu’au moment où j’appuie sur le bouton pour livrer le compte-rendu.

D’autres personnes me font l’honneur et le plaisir de raconter leurs propres aventures dans mes univers, et c’est une expérience de partage que j’apprécie toujours, aussi je me permettrai d’en inclure quelques unes de leurs contributions dans cette liste.

Qui dit sélection, dit regrets. N’hésitez pas à parcourir les autres comptes-rendus quand vous en aurez fini avec cette compilation !

En commentaires, vous pouvez mentionner un de vos comptes-rendus préférés, quel que soit le jeu ou l’auteur du jeu, que vous soyez l’auteur du compte-rendu ou non, histoire de rendre hommage à cet exercice qu’est le rapport de partie.

Les parties enregistrées sont mentionnées par le signe *

 

Dans l’univers forestier de Millevaux :

Retrouvez la liste exhaustive des comptes-rendus, triés par région.

Millevaux Sombre :

Post-apocalyptique. Forestier. Sludgecore. Un supplément pour le jeu de rôle Sombre, de Johan Scipion. Horreur radicale pour one-shots meurtriers.

Rouge, au Festival de l’Oeil Glauque 2009 (pour une plongée troublante dans la forêt et la sorcellerie)

Mildiou, à la Convention Eclipse 2010 (pour ses nombreux commentaires sur le scénario et le jeu)

Mercenaires ! à Eclipse 2012 (pour la profusion technique de la partie)

Transilvanian Hunger, en cercle privé, 2012 (ambiance, co-création de donjon, speed running, technique)

Cuisine aux Orgones, 24 H du Jeu 2013 (contexte asiatique-bio-cyberpunk dément, et utilisation massive des outils de Sombre pour improviser)

Rouge, Tournée Paris est Millevaux, novembre 2015 (Première séance à partir du scénario rédigé, pour une plongée étouffante et tendue au cœur des Morts-Plateaux.)

Parking Maudit, Colloque Bob le Rôliste 2016 (Mon premier vrai quickshot, avec des hommes-ours, des rituels chamaniques dangereux, un âne-démon et des voitures-araignées)

Mildiou, par Omen, 2012 (compte-rendu très complet, exploration profonde du scénario, et twist de fin surprenant !)

Transilvanian Hunger, par Gauvain, 2013 (mon donjon dracul-soviétique revu à la sauce gréco-mythologique !)

Mildiou, par Saint-Epondyle, 2017 (« J’expose les conditions, tout le monde répond un truc différent, je serre des mains par poignées pour sceller des accords que je sais intenables et eux aussi. »)

 

Inflorenza

Héros, salauds et martyrs dans l’enfer forestier de Millevaux.

Le Pèlerinage des Morts, en cercle privé, 2012 (tout premier test avec le théâtre de Compostelle, déjà, l’ambiance était là).

Le Bagne Rouge, en cercle privé, 2013 (ou l’aventure du jeu de rôle en solo.)

Campagne Tre Città per Morire, cercle privé, 2013 : Florence Charnelle, Venise Mortelle, Rome Eternelle (plonger dans la décadence d’une Renaissance italienne revisitée)

La Forêt-Galerie *, sur google hangout, 2014 (Le versant lumineux de Millevaux, et un des premiers tests en mode Carte Blanche)

Tes Paroles ne m’atteignent pas (l’exemple de partie du livre de base disponible dans un document à part)

La Forêt du Docteur Chestel, sur google hangout, 2014 (Un enregistrement de partie / aide de jeu en mode Carte Blanche)

La Moisissure de l’Oubli, aux Rencontres Ludiques de Brest, 2014 (La plus poignante des séances en Carte Blanche)

La Main Sanglante en cercle privé, 2014 (Test du magnifique théâtre corse écrit par Orlov, de nouveaux termes de jeu, et d’une variante des règles, avec des points de vie au lieu des phrases !)

La Forêt d’Aokigahara en cercle privé, 2015 (Millevaux dans le Japon contemporain pour une expérience fragile et émouvante.)

Moins Quarante * (Faire forfait face aux rudesses du climat.)

Afromilval (Pour ce théâtre africain explosif, nous testons une variante d’Inflorenza A Cappella sans hasard !)

Mortal Karthage (Phénicie décadente, honneur et arts martiaux. Pour chaque guerrier, seulement six dés à faire durer au long d’une frénésie de combats !)

La succession de Shaman Ours (trip chamanique et rébellion dans le Grand Nord, au sein d’un village de devoirs et de non-dits, harmonie de groupe et solipsisme.)

Les Chemins de Compostelle / Venise Mortelle / Au Nord, sous les étoiles silencieuses *
(Tri-théâtre joué en Carte Rouge, vertige logique à tous les étages où le temps, l’espace, la mémoire, la causalité et l’évolution se confondent. Une ascension du mont Mindfuck par la face Nord et sans oxygène dont ne sort pas indemne.)

Al-Andalus
(Une séance de cape et d’épées choral avec un Inflorenza sans phrases modifié pour que les joueurs restent bien dans leur personnage !)

Venise Blanche, Venise Noire
(Deux mondes parallèles pour une revisite mindfuck-trash de Roméo & Juliette sous forme d’heptagone amoureux)

Si par une nuit d’hiver un voyageur
(Plongée à l’intérieur d’aventures gigognes avec les sorcières, les cavaliers célestes, les scarabées et les enfants vengeurs.)

Duels * : Défis gigognes pour ce Millevaux décalé sous la forme d’une uchronie des guerres napoléoniennes !

La Comtesse Sanglante, par Gauvain, premier texte externe, dans une Transylvanie baroque

L’Enfer de la Basilice, par Kirdinn, où Inflorenza joué dans l’univers des Chroniques des Féals

Les Chemins de Compostelle, par Nebal, premier d’une série épique et poétique de parties par la bande à Nébal – Épiphanie – Eugénie

Caligula et le vieux sac de toile, par Arjuna Khan, test de son théâtre antique, tragique et décadent. Avec des Corax.

Les enfants disparus, par kF : méthode de création de théâtre collective et évolutive, autour d’une communauté où enfants comme adultes courent un grand danger.

Piano Massacre : kF et Marine nous relatent une partie par mail, émotive et imprégnée de fantastique romantique et mégalo, avec une variante système par kF, Inflorenza scriptoria !

La Forêt de Möbius : Histoires circulaires et labyrinthes de cauchemars et de végétaux dans ce compte-rendu par Astarkan !

Les marais corrompus de la Somme : Le texte de la campagne jouée par forum enfin reproduit en version accessible (par Naamshub, MarcusS, Tyxu)

Ginny & ses amies : Millevaux rencontre le journal de Bridget Jones ! par Eugénie

 

Inflorenza Minima

Contes cruels dans la forêt de Millevaux

Le Duel des Vanités à la Convention Éclipse, 2015 (Le cape et d’épées baroque et cruel porté à son pinacle avec Inflorenza minima.)

L’inconnu, sur google hangout, 2015 ( un théâtre qui tient en six mots, Inflorenza minima arrivé à son stade final d’épure, pour une histoire cruelle de mémoire et d’envie.)

Les Énervés de Jumièges, en cercle privé, 2015 (Sans nerfs et sans parole, dériver sur la Seine, vivre encore, agir sans agir.)

Le Calendrier Lagunaire
(Quand Aimé Césaire écrit un scénario de jeu de rôle)

La photographie
(Deux frères, un retour dramatique vers une ville radioactive, une séance intense à partir de rien.)

Aux grands maux les grands remèdes *
(Émotion au rendez-vous pour ce nouveau tutoriel d’Inflorenza minima, cette fois-ci enregistré, avec Valentin en meneur !)

Pompéi
(Vivre le dernier jour de Pompéi, à travers le temps, encore, toujours.)

Orchidée
(Une fable poétique et déchirante pour cette première partie d’Inflorenza minima sans aucune préparation.)

L’Enfer de Dante
(Grandeur et décadence de la famille Borgia dans un enfer Renaissance où le destin et le temps forment un labyrinthe empli de pièges, où petites et grandes histoires saignent ensemble.)

Les offrandes de guérison : Huldugarn nous confie comment s’est déroulé sa première partie de Millevaux, menée avec Inflorenza Minima, avec ses réussites et ses problèmes.

Les Guerres Médiques *, partie enregistrée avant la déferlante perse, menée par Épiphanie

 

Inflorenza Bianca

Mille fois tu graviras la montagne, par kF : Où les possibles s’entrelacent à l’infini

Odysséa

Un jeu d’aventure tragique à jouer en campagne courte.

Ithaque ou l’éternel retour
(Dernière journée de la campagne d’Odysséa, où tout se dénoue, où tout recommence.)

 

Marchebranche

Aventures initiatiques dans un monde de forêts en clair-obscur

Astra Julitta
(Premier test de jeu de rôle en médiathèque, pour explorer notre commune comme on ne l’a jamais vue.)

Spectreville
(Terre qui fond et ville limbique : en avant pour l’étrange. Une aventure relatée par un des mes joueurs, kF.)

Le mariage et le bûcheron
(Quatre heures de jeu pour déployer un monde, faire connaissance avec les marchebranches, leurs grandeurs, leurs petitesses. Entre mariages maudits et bûcherons hantés.)

La forêt des égarés : Missions étranges, tarot trouvé et forêts limbiques.Illustré par Thibault Boube

La renarde de Châteaunoir : Ambiance old school entre fable animalière et intrigues à la Trône de Fer

La petite fille qui voulait toute la gaîté
Premier playtest externe de Marchebranche, par kF. Intrigues en cascade, ambiance de conte et démarrage en douceur.

 

 

Arbre

Clochards magnifiques dans les forêts hantées de Millevaux.

Balade pour un Missile, en cercle privé, 2013 (premier test, début d’une campagne mémorable)

La Traque, à la Baronnie, 2014 (disparition des règles, crash-test pour la Cellule, réflexions sur le contrat social)

La Source, au Festival de l’Oeil Glauque, 2014 (premier test des codes de sécurité, pour une partie très intense)

Pour elle, à Terminus Ludi, 2015 (la beauté des techniques de fusion)

Styx, en cercle privé, 2015 (Premier test de la règle du Goupil, pour une plongée crapoteuse dans les bas-fonds de Métro.)

Monstres en famille, tournée Paris est Millevaux, juin 2015 (Quatrième test du bac à sable Animalia. L’élégance des tours invisibles.)

Cobayes en cavale, à l’association i2gni (Deuxième test de La Lande, pour une échappée humain-animal, où les règles montrent leur aboutissement.)

 

Grogne

Derniers grognards dans les forêts maudites de Millevaux

Le Colonel Boutefeu, sur google hangout, 2015 (Escapade à Noirmont-Ferrant pour ce premier test !)

Raptours sur la chnouf, Tournée Paris est Millevaux, novembre 2015 ((Des raptours, de la chnouf, des trucs limbiques, une bonnes sœur, et des grognards empêtrés au propre comme au figuré dans une séance punitive, où l’équilibrage pose question.)

Carnage 4, Festival Ramène tes Jeux 2016 (Les grognards en plein piège dimensionnel à l’Auberge de la Grande Barbaque, et re-disparition des dés. )

 

Les Remémorants, de Steve Jakoubovitch

Chasseurs de souvenirs dans le monde sans passé de Millevaux

La faute aux mains *, sur google hangout, 2015 (Un premier test poignant du jeu autour de la mémoire et de Millevaux)

Naturalisme paysan à Millevaux, par Steve Jakoubovitch (Test du jeu par son auteur, puissance des souvenirs polyphoniques et faible portée du doute.)

 

Millevaux : au seuil de la folie, de Michel Chevalier, Thomas Munier & Michel Poupart

La Peste : « Aussi bizarre qu’Avatar mais en dégueu. » Ce commentaire de joueur résume bien.

 

Les Sels de Millevaux, de Yoann Calamai

Le Grand-Oeuvre : Les fils se dénouent : daemons, révélations, surprises, vertige logique.

 

Systèmes Millevaux

Millevaux exploré avec les jeux de rôles des autres.

L’Angelus, au Festival de l’Oeil Glauque, 2015 (Avec Les Cordes Sensibles, un peu de drame intime dans un monde de brutes dans l’entourage paysan, souterrain puis spectral des ruines de Paris.)

Dar-El-Aswad, au Festival Scorfel 2015 (Avec Innommable, débauche organique, métaphysique et mémorielle pour un commando familial à la recherche de la souche parfaite.)

Le Dernier Groupe de Rock du Monde (Avec Apocalypse World : Millevaux, égrégore, horlas, sexe, drogues et rock’n’roll !)

Particules (Avec Sphynx, moteur idéal pour jouer les révélations sur l’histoire de Millevaux au lieu de simplement les raconter.)

Autruches & Crapauds (Avec Dragon de Poche, jeu by the book, créa en roleplay, aventures ras de terre)

 

Dans d’autres univers :

Wonderland

Piégés dans les réalités

La Salle de rencontres de la Reine de Cœur, en cercle privé, 2014 (premier test de Wonderland)

Cardbox (Révolution du monde et révolution des règles, pour un scénario entre Inception, The Cell, Paprika, Ghost in the Shell, Shutter Island et Les Petits Mouchoirs !)

Keyboard Cat (Enquête tragi-comique, tunnels de dialogues à la Tarentino et réalités dispersées pour cette traque d’un impitoyable serial killer, par la plus foutraque équipe de tous les temps.)

La Cuisine du Cauchemar * (Mindfuck à tous les étages dans ce restaurant en crise ; réussite du jeu moral.)

Replica (À trop confondre les personnes,on ne sait plus où est passé la réalité.)

 

S’échapper des Faubourgs

Un cauchemar de poche dans une banlieue hallucinée

Des murs et des briques *, sur google hangout, 2015 (La rencontre de trois souffrances au cœur d’un plat pays de neige et de cendre.)

La mort en ronde, par florentgemini99 (plonger à bras le corps dans les thèmes-choc)

La ligne écarlate, par Thibault B. (Les erreurs à éviter dans un jeu dangereux.)

 

Dragonfly Motel

Quêtes surréaliste pour voyageurs imprudents.

Manuscrit, sur google hangout, 2015 (La découverte du jeu de rôle surréaliste en fractale)

Échafaudages (Quand la réalité s’écroule, souffrances et vérités se libèrent. Test enthousiasmant d’une prise de parole plus fluide.)

La Reine de la Vitesse / Un concert pour sauver l’univers (Quand l’aventure dépasse la vitesse de Fahrenheit 451, le crash est inéluctable.)

Au milieu des champs de maïs par Épiphanie et Eugénie (Une histoire de sang et de chaleur qui fait mal)

 

Le Témoignage

Confrontez-vous à une beauté, une horreur ou un mystère qui vous dépasse

Émile Zola à la recherche du Vide Fertile * : Premier test du Témoignage pour cette partie solo tutoriel où un concept de jeu de rôle devient le prétexte à une quête étrange et hallucinée

 

Donjons & Dragons 1ère édition

Voyage au bout de noël (Ou comment faire du drame contemporain avec le plus ancien des jeux de rôles)

 

Les jeux de rôles que je teste en ce moment

Cette liste est à l’attention des personnes :

+ qui veulent se tenir en courant de mes projets en cours, en matière de jeu de rôle.

+ qui veulent me demander mes notes de travail sur un projet en cours (je les transmettrai bien volontiers, voire je ferai une édition préhistorique).

+ qui veulent m’accueillir pour faire une démonstration de jeu et souhaiteraient choisir elles-même le jeu. Pour ces personnes, n’hésitez pas à me solliciter, qu’il s’agisse d’une partie dans un lieu précis ou d’une partie en ligne. Je verrai ce que je peux faire dans la mesure de mes disponibilités. Dans les deux cas, précisez si vous acceptez de jouer avec des inconnus que j’aurais recruté par ailleurs, et dans le cas des parties en ligne, si vous acceptez d’être enregistré. Ce sont deux choses négociables.

+ N’hésitez pas à vous faire une idée en parcourant la liste de mes comptes-rendus de partie préférés

Les jeux de rôles de ma plume, en développement, dans l’univers forestier de Millevaux :

Les Sentes

Jeu de rôle grandeur nature dans la forêt de Millevaux. Peut être aussi joué en jeu de rôle sur table.

Post-apocalyptique, forestier, pittoresque, immersif, émotionnel et émergent.

C’est du GN sans orga et sans préparation écrite, rejouable à l’infini, conçu pour 1 à 60 personnes, 1h à un WE, à la croisée entre le GN action, le GN romanesque et le GN nordique.

crédits : philatz, licence cc-by-nc (galerie sur flickr.com)

Little Hô Chi Minh Ville

Blade Runner. eXistenZ. Apocalypse Now

crédits : thomas hawk, verlaten, licence cc-by-nc (galerie sur flickr.com), collection of old photos, Sam Droege, domaine public

Écorce

Viscéral. Survivaliste. A l’ancienne.

Une tentative de jeu total pour Millevaux, motorisé par Donjons & Dragons première édition, et personnalisé avec tout un tas de règles purement narratives.

CIFOR, cc-by-nc, sur flickr

Les jeux de rôles de ma plume, dans d’autres univers, en développement :

Wonderland

Proies, prédateurs et protecteurs à travers les réalités virtuelles

kpauli, kshuyler, _leanda, fossilmike, ryanne { trimmed reality }, practicalowl, lorenzoclick, cc-by-nc, sur flickr

Les jeux de rôles de ma plume, dans l’univers de Millevaux, au game design achevé, mais encore inédits :

Marchebranche

Aventures initiatiques dans un monde de forêts en clair-obscur

L’univers de Millevaux trouve ici une expression plus naïve. On y incarne des marchebranches, voyageurs à la quête de leur mémoire et de leur pays natal, qui accomplissent des missions d’enquête et d’exploration en échanges de cartes du Tarot de l’Oubli.

Arbre

Clochards magnifiques dans les forêts hantées de Millevaux.

C’est un jeu où l’on se réveille dans la peau de vagabonds en équilibre sur le fil entre la survie et l’abandon, à travers une exploration vertigineuse des bas-fonds de Millevaux.

UGardener & lee summers & the howl84, cc-by-nc, sur flickr

Les jeux de rôles de ma plume, dans l’univers de Millevaux, terminés et publiés :

Oriente

Un jeu de cartes narratif pour perdre ses repères

thomas hawk, cc-by-nc & Olga Filonenko, cc-by-sa, sur flickr.com

Cœlacanthes

Une succession de cauchemars forestiers abominables et très personnels

crédits : Kentar0h cc-by-nc (galerie sur flickr.com), Evelyne, par courtoisie

L’Empreinte

Survivre en forêt à une transformation qui nous submerge

crédits : glassghost, jovike, licence cc-by-nc, galerie sur flickr.com

Millevaux Mantra, co-écrit avec Batronoban

La Contagion. Le basculement entre les univers. La forêt immense, l’horreur, le pétrole mystique. Entrez dans le Grand Cycle. Perdez-vous dans les forêts des mille et uns mondes…

Millevaux Sombre

Post-apocalyptique. Forestier. Sludgecore.

Un supplément pour le jeu de rôle Sombre, de Johan Scipion. Horreur radicale pour one-shots meurtriers.

(voir la liste exhaustive des scénarios publiés ou inédits)

Raphaël Maître, par courtoisie

Inflorenza

Héros, salauds et martyrs dans l’enfer forestier de Millevaux.

Vivre en enfer, combattre pour son âme, mourir d’amour.

Un jeu de drame et d’horreur dans une ambiance tour à tour épique et intimiste.

Gustave Doré, domaine public

Inflorenza Minima

Contes cruels dans la forêt de Millevaux

crédits : keightdee, cc-by-nc, sur flickr.com

Odysséa

Revivez l’Odyssée dans une mer en ruines envahie par la forêt

Un jeu d’aventure tragique à jouer en campagne courte.

macroscopic solutions, sarah sitkins, cc-by-nc, sur flickr.co

Inflorenza Comedia

Une version d’Inflorenza dédiée à l’esthétique de Millevaux, sans feuille de personnage, sans matériel, sans chiffre, sans hasard (c’est une version différente d’Inflorenza minima qui est dédiée au jeu moral)

Le théâtre de l’esprit

C’est, tout simplement, jouer dans l’univers de Millevaux sans aucun règle.

crédit : comeonandorra, licence cc-by-nc, galerie sur flickr.com

Les jeux de rôles de ma plume, dans d’autres univers, terminés et publiés :

Marins de Bretagne

Un jeu de conte et de rôle dans une Bretagne imaginaire.

(C) Agénor Le Ruyer

Dragonfly Motel

Un jeu-poème pour voyageurs imprudents.

Quêtes surréalistes qui prennent leur source au Motel Dragonfly

thomas hawk, texaseagle, geoff LMV, miradortigre, RWhiteSell, Brandon Christopher Warren, Yureiko, cc-by-nc & Thomas Pruss, cc-by-sa

S’échapper des Faubourgs

Un cauchemar de poche dans une banlieue hallucinée

iandavid, Pro-Zak, quasimondo, cc-by-nc & Lorc, cc-by

Le Témoignage

Confrontez-vous à une beauté, une horreur ou un mystère qui vous dépasse

thomas hawk, cc-by-nc, sur flickr

Ho’oponopono

Quand une famille hawaïenne en proie à la maladie entreprend un rituel de guérison bouleversant

Kim Siever, Greezelos, Aaron LeMay

Psychomeurtre

Les meilleurs des profilers contre les pires des serial killers

kvitlauk, cc-by-nc, sur flickr

Les jeux de rôles de ma plume, en jachère, dans l’univers forestier de Millevaux :

Les Épines de la Rose

Conspirateurs presque-humains dans la Venise de Millevaux

On y joue exclusivement des Néandertal fondateurs d’une société secrète vouée à la destruction des Horlas. Ambiance d’intrigues, de cape et d’épées, et combats aussi épiques que tactiques.

al-fresco, bru_ca, erigone, redfishing boat mick o, cc-by-nc, sur flickr

Les jeux de rôles d’autres auteurs qui utilisent certaines de mes règles, terminés et publiés :

Le Monde des Brumes

Un jeu entier inspiré d’Inflorenza par Olivier Senillou pour  jouer des légendes des arts martiaux dans un monde médiéval-fantastique d’îles volantes et de démons de la nuit.

ChrisGoldNY, Robert S. Donovan, licence cc-by-nc, galeries sur flickr

Libre et gratuit

Il y a un temps pour parler de ses révolutions personnelles. Le temps d’agir est venu : à partir d’aujourd’hui, mes œuvres entrent dans le champ du libre et du gratuit.

Tous mes textes sont maintenant disponibles en livre à prix coûtant et en version électronique en téléchargement gratuit.
Tous mes textes, à l’exception des textes qui viennent se greffer sur une licence (Millevaux Sombre), sont dans le domaine public. On peut également les télécharger sous forme brute (version traitement de texte, calques de maquette).

Des nouveaux liens de téléchargement ont apparu dans mon catalogue et les liens vers les livres en impression à la demande pointent sur des prix largement revus à la baisse.

Cette révolution personnelle s’articule en quatre axes : gratuité, libre, accessibilité, réciprocité. Inventaire.

La gratuité

Qu’est-ce qui m’enrichit le plus ? Que vous lisiez mon travail à prix libre ou gratuit, ou que vous passiez votre chemin ? Qu’est-ce qui vous engage le plus ?

Au sujet de la littérature, j’ai longtemps pensé que seuls étaient légitimes les auteurs qui touchaient de l’argent sur leurs œuvres. Dans mon esprit, les œuvres gratuites, telles celles qu’on peut trouver sur internet, étaient le fait d’amateurs, elles n’étaient pas dignes d’être lues. Je comptais sur la filière professionnelle (éditeurs, distributeurs, libraires, critiques) pour choisir à ma place quels livres valaient la peine que j’y consacre du temps. Avec un tel état d’esprit, proposer mes propres écrits en accès gratuit eut été déprécier mon œuvre. Quand je me suis décidé à autoéditer mes livres, je me suis attribué une marge auteur (environ 5€ par livre). Je me disais : « tout travail mérite salaire », « le gratuit fait amateur », « je pourrai un jour vivre de la vente de mes livres ». J’ai longtemps hésité avant de mettre les versions texte en téléchargement libre. Je craignais que les personnes téléchargent sans jamais lire, justement parce que c’est gratuit, parce que le gratuit n’a pas de valeur. En n’ayant rien déboursé pour obtenir le texte, elles ne se sentiraient pas engagées à le lire, car elles ne faisaient l’effort de lire que ce qui leur avait coûté quelque chose.

Mon point de vue a évolué.

Tout travail mérite-t-il salaire ? Mérite et salaire n’ont rien à voir. Un trafiquant d’armes mérite-t-il d’être riche parce qu’il consacre beaucoup de temps et d’énergie à son travail ? Le travail d’un bénévole n’a-t-il aucune valeur, autrement dit, aucun impact sur le monde ?
Le gratuit fait-il amateur ? « Gratuit » et « amateur » sont deux mots différents. En sus, la qualité n’existe pas. La notion d’amateurisme, en matière de créativité, n’a aucun sens. Par souci d’ironie, je me qualifie aujourd’hui d’amateur professionnel. Amateur parce que je crée en m’affranchissant de contraintes financières, professionnel parce que j’y consacre ma vie.
Ne dois-je pas espérer vivre un jour de la vente de mes livres ? Non, car je ne suis pas un marchand de papier. Je suis un créatif. Je veux pouvoir m’exprimer sur tous les supports, y compris internet et le numérique, y compris par l’oral ou par le graphisme. Ma priorité n’est pas de vendre des livres, mais d’être lu et plus encore, entendu. Partant de là, baser mon modèle économique sur la vente de livres serait contre-productif, et m’empêcherait de réinventer le métier d’écrivain.
Est-ce que le gratuit dissuade le lecteur ? Je vous pose la question : cesserez-vous de me lire parce que je ne vous demanderai plus d’argent pour cela ? Cesserez-vous de lire ce pour quoi je ne vous ai jamais demandé d’argent, comme les articles de blog et de forum ? En règle générale, combien de milliers de signes lisez-vous chaque jour sur numérique et sur papier sans avoir rien payé pour cela ?

Peut-être que ce qui est gratuit n’a pas de valeur. Mais ce qui est gratuit porte des valeurs. Ce sont ces valeurs que je souhaite aujourd’hui éprouver.

Le libre

Avec le libre, j’incorpore en littérature ce qu’on trouve déjà dans le domaine de la cuisine, du jeu ou du logiciel libre.

J’emploie indifféremment le terme de libre et de domaine public, d’autres encore pourraient y reconnaître les conditions de la licence creative commons zero.

Je verse volontairement mes textes dans le domaine public. Vous pouvez les utiliser comme matériau pour des œuvres dérivées, vous pouvez les modifier, vous pouvez les dupliquer sous le format de votre choix, vous pouvez les éditer, vous pouvez en tirer un profit commercial, sans être tenus ni de m’informer, ni de me créditer, ni de me rémunérer. Vous pouvez les réintégrer dans des œuvres protégées par le droit d’auteur, et c’est exactement ce que je fais moi-même dans le cadre de Millevaux Sombre : une extension propriétaire d’un matériau libre.
Une autre exception : Mes photomontages sont sous licence creative commons attribution / usage non commercial, dans la mesure où j’utilise des images de base sous cette licence. Pour utiliser mes photomontages, il vous faudra le faire dans un cadre non commercial, me citer, et surtout citer les contributeurs initiaux.

Pour faire plus simple, mon travail personnel est libre, mais les choses se compliquent lorsqu’il s’insère dans une œuvre à plusieurs contributeurs dont certains n’ont pas fait le choix du domaine public. Mon travail, libre, peut être encapsulé dans une œuvre propriétaire.

Pour que ce passage dans le domaine public ne soit pas qu’une promesse, je donne les moyens à la communauté de s’approprier mon travail sans avoir à me solliciter directement. Vous pouvez télécharger, non seulement les versions numériques, mais aussi les versions traitement de texte et les maquettes. S’il vous faut plus de matériel (comme avoir accès à chaque image de mes photomontages), vous pouvez me demander. Si certaines choses manquent, j’approvisionnerai au fur et à mesure.

Le passage dans le domaine public est bénéfique pour mon œuvre : il facilite sa diffusion à travers le travail de reproduction de la communauté, sa richesse à travers les oeuvres dérivées et les contributions extérieures, et la vitesse de développement de la méta-oeuvre.

Je prends l’exemple de Millevaux, mon univers forestier. Le passage de l’univers en libre explose son potentiel : vous pouvez ressortir mes livres avec une maquette différente, créer votre propre jeu sur Millevaux qui reprend des informations et des éléments de game-play choisis en y mixant vos propres créations, écrire des scénarios, des morceaux d’univers, produire des œuvres dérivées dans tous les médias : écriture, audiovisuel, jeu analogique, jeu vidéo…

Millevaux n’est plus un univers, mais un mythe. Un mythe à petite échelle, je ne suis ni Homère, ni Lovecraft, ni Romero. Mais un mythe, un corpus narratif que la communauté se réapproprie. Un mythe se développe mieux à partir d’une base libre de droits. Rien n’empêche une partie de la communauté d’en développer des branches propriétaires. Éditeurs : vous pouvez éditer Millevaux ! Que ce soit le texte brut de fonderie, ou une version adaptée par votre équipe !

En tant qu’auteur initial, je diffuse un corpus de base. Vous pouvez vous en affranchir tant que vous conservez les marqueurs principaux : la forêt, les ruines, l’oubli, l’emprise, l’égrégore, les Horlas.

J’offre aussi mes services en tant que consultant sur les œuvres dérivées.

Je vois émerger une communauté d’auteurs de Millevaux : les joueurs de Millevaux, tous systèmes confondus, mais aussi les auteurs de théâtres pour Inflorenza, les auteurs de textes génériques, les auteurs de jeu. Pas une communauté centralisée (même si des outils de centralisation seront proposés, que ce soit le forum Millevaux sur Terres Étranges, ou le Wiki Millevaux qui va voir le jour bientôt). Plutôt un maquis d’auteurs qui n’ont nul besoin de se concerter, ni entre eux, ni avec moi.

Chaque lecteur est un créateur en puissance. Avec le libre, j’autorise quiconque à produire sa propre fanfiction. La fanfiction est le grand poumon de notre culture.

Autoriser les autres à utiliser le fruit de sa créativité, c’est apporter son concours à l’évolution de la culture. Je suis heureux de pouvoir le faire. Je vivrai chaque réappropriation, fidèle ou irrévérencieuse, comme une grande récompense.

 

L’accessibilité

Le libre et le gratuit sont les deux faces d’une même pièce, l’accessibilité. Je désire une culture accessible à tous, que ce soit pour la consommer ou l’assimiler. La culture devient ainsi vecteur d’abondance. Aussi, je concentre aujourd’hui mes efforts sur l’accessibilité de mon œuvre. Je veux qu’elle soit non seulement gratuite, non seulement libre, mais facile d’accès.

Le numérique est mon moyen d’action essentiel : je m’arrange pour que mes textes soient visibles en très peu de clics, et gratuitement, ou qu’on puisse commander mes livres en très peu de clics, à prix coûtant pour les livres en impression à la demande, à prix libre pour les livres artisanaux.
La librairie sera un autre moyen d’action, à plus long terme. En basculant dans le libre, j’offre la possibilité à des éditeurs de placer mes textes en boutique, et ainsi d’ajouter une accessibilité supplémentaire, sans que cela pénalise le libre et le gratuit, puisque les textes originaux restent trouvables sur mon blog. De même, les libraires peuvent commander directement mes ouvrages dans une version imprimée à la demande prévue pour eux.

L’accessibilité, c’est l’abondance. Quand une personne se bornait à ne lire qu’une partie de mes textes, elle peut maintenant lire tout ce qui l’intéressera, ou y accéder par petites touches pour aller directement à une information spécifique.

L’accessibilité, c’est pratique. La personne a le livre chez elle, elle peut aussi avoir la version numérique sur son disque dur. En déplacement, elle peut télécharger à nouveau une version numérique, et même des versions traitement de texte. Même pour moi, l’auteur, c’est très pratique : mon blog devient mon bureau nomade.

L’accessibilité nourrit l’accessibilité. En laissant les gens publier mes textes, illustrations et podcasts, cela m’est d’un grand secours, car je n’ai pas le temps matériel de publier tout ce que je produis, du moins pas sous toutes les formes et les plateformes envisageables.

L’accessibilité, c’est la longévité. Les tirages sont limités, les livres retournent au pilon. L’œuvre, elle, reste toujours disponible. Quand bien même je n’aurais plus l’énergie de la diffuser moi-même, toute la communauté peut prendre le relais.

L’accessibilité simplifie la vie. Je ne dépense plus d’énergie à me réapproprier les idées des autres, à garder les miennes sous le sceau du secret ou du droit d’auteur.

L’accessibilité, c’est le partage. Je n’attendrai plus qu’un livre soit abouti pour l’éditer. J’ai une quinzaine de brouillons de livre, et je vais publier ses brouillons, sous format livre et sous format numérique : j’appelle cela les éditions préhistoriques. C’est pour moi une façon efficace d’archiver mon travail : dans les disques durs de mes lecteurs. C’est aussi une façon efficace d’échanger : j’aurai des retours de relecture bien avant que je m’attelle à la version finale du livre. Cette fois-ci les relecteurs choisissent leur rythme, je ne leur en impose pas un. L’étape finale serait le dépôt des versions traitement de texte sur des documents partageables. J’y réfléchis.

Les éditions préhistoriques potentialisent les éditions précédentes. Le matériel que je vais publier sur Millevaux en édition préhistorique permettra aux lecteurs et aux joueur de mieux exploiter le matériel dont ils disposent en édition première : Inflorenza 2 donnera des billes pour jouer différemment à Inflorenza 1, l’Atlas fournira des décors nouveaux pour jouer dans l’univers de Millevaux, lire mes brouillons de roman permettra d’en savoir plus sur mon style, etc…

Les brouillons apportent une expérience littéraire différente, qui fait appel à la créativité du lecteur.

Enfin, les éditions préhistoriques vous donneront accès à de nombreux pans de mon univers littéraire que vous n’auriez sinon pas découvert avant des années.

L’accessibilité, c’est refuser les délais. Fini de retarder la sortie d’un livre pour respecter un agenda éditorial. Quand une édition me paraît prête (édition préhistorique, édition première, édition seconde…), je la diffuse aussitôt. Je n’en retarde pas la diffusion pour coller à un éventuel planning ou périodicité. Si cela signifie sortir un nouveau livre toutes les semaines, suivi d’une longue traversée du désert, alors ainsi soit-il.

L’accessibilité, c’est l’écoute. Si l’un de mes travaux en cours vous fait envie, faites-m’en part. Je vous enverrai les documents que je prépare, voire je chamboulerai mon programme pour en sortir une édition préhistorique.

L’accessibilité, c’est offrir sans retenue et sans trier à la place du lecteur. C’est pourquoi vous pouvez aussi retrouver mes fichiers, avec plus de désordre et d’abondance, sur ma page Archive.org.

 

La réciprocité

Créer dans le champ du libre et du gratuit, c’est consacrer son énergie à autre chose que la rétention et la négociation. C’est s’inscrire dans une logique d’abondance, dans un cycle naturel de réciprocité.

Je profite de la créativité des autres. Pour mes photomontages, je vais sur Flickr.com collecter des photos en licence Creative Commons Attribution, pas d’usage commercial (je tape dans cette licence parce que c’est là que se trouve la qualité d’image que je recherche, ni trop brute, ni trop travaillée). Je récupère aussi des photos prises par mes lecteurs. C’est l’usage de photos sous licence « pas d’usage commercial », qui m’a décidé à cesser de prendre une marge sur mes livres. Ensuite, j’assemble les images dans un PDF avec Scribus, un logiciel libre de PAO. Je n’utilise que des logiciels libres, ça fait partie d’une éthique. Je profite aussi des écrits du domaine public. Lovecraft, Maupassant et tant d’autres ont écrit pour moi. D’autres encore, bien vivants, contribuent à mes œuvres en allant de leur participation. Et ceci sans me faire payer ou à moindre coût. C’est primordial, vu que je n’ai pas d’argent à consacrer à la créativité.

Placer mes créations dans le champ du libre et du gratuit, c’est ma façon de rembourser. C’est ma gratitude.
Fut un temps, je me disais : « Si j’avais le choix, je ne ferais rien payer pour mes écrits. ». En réalité, j’avais le choix.

C’est sur la même réciprocité que je compte pour pérenniser mon activité de créatif à temps plein. Comprenons-nous bien : même sans le soutien d’une communauté, je continuerai à créer. C’est plus fort que moi, c’est ma vocation, c’est la chose, avec l’amour, pour laquelle je trouve la force de me lever le matin. Je n’arrêterai pas de créer parce que je n’en tirerais aucune rémunération. Au contraire, la rémunération de la créativité, si elle est assortie de conditions, donne une direction à la créativité qui ne m’intéresse pas.

C’est bien pour ça que j’ai lancé ma carrière de créatif à temps plein avec quelque trésorerie. C’est pour ça que je fais vœu de pauvreté. La créativité est ma richesse, je conçois mal de m’en priver pour avoir plus d’argent. Néanmoins, je demande un soutien de la communauté, qui peut être financier, et qui peut être de bien d’autres natures. En quelque sorte, je demande la charité.

C’est ma façon de m’inclure, et de vous inclure, dans ce cycle naturel d’abondance qu’est la réciprocité. Pour que cela continue et engendre de nouvelles boucles de réciprocité, culturelles, créatives, humaines.

Lettre ouverte à ma future équipe

Créateurs, créatrices, je vous aime. Si vous voulez travailler avec moi sur des oeuvres communes, j’en serai très honoré. Mais je dois vous avertir que cela se fera sous des conditions particulières.
Ces conditions ne concernent pas les collaborations déjà entamées à ce jour, 17 août 2015.
Ces conditions sont valables pour tout artiste : auteur.e, illustrateur.trice, musicien.ne, plasticien.ne, metteur.se en scène, créateur.trice de jeux vidéos… Ces conditions peuvent être négociées au cas par cas.

Je me permets de présenter ces conditions puisque par ailleurs, je suis capable de produire mes œuvres de façon autonome (je parle essentiellement des livres, texte, illustration, maquettage et édition comprise). J’accepte toute offre de collaboration comme un cadeau, mais comme je peux m’en passer, je m’offre le luxe de ces conditions.

Vous devez savoir que je vais cesser de percevoir une marge sur mes livres en impression à la demande et que je dépose mes livres dans le domaine public. Ceci je le fais dans un souci d’offrir aux lecteurs une œuvre avec la meilleure accessibilité possible : gratuitement où à prix coûtant, sans restriction de modification, de diffusion et de réutilisation.

Je ne finance pas ma créativité par le droit d’auteur ou le financement participatif, je la finance par deux canaux principaux : le livre artisanal (qui finance essentiellement le temps que je passe à créer un livre artisanal), et les dons.

Corollaire de ces dispositions, voici les conditions que je vous propose :

+ Je ne pourrai pas vous rémunérer. En revanche, je pourrai faire un appel aux dons vous concernant.

+ Si c’est moi qui diffuse initialement l’œuvre commune, le public pourra la répliquer et le rediffuser sur n’importe quelle plateforme.

+ Je ne souhaite pas vous imposer une gestion particulière de vos droits d’auteur : placez votre contribution sous le régime du copyright, sous licence creative commons, ou dans le domaine public. Mais informez-moi de votre décision. Si je n’impose rien, je rappelle que je place mes propres contributions dans le domaine public, et si vous faites de même pour votre contribution, cela permettra à des éditeurs de reproduire notre œuvre commune sans avoir besoin d’y supprimer vos contributions. Cela veut aussi dire qu’ils ne seront pas forcés de vous rémunérer (bien qu’ils puissent le faire, pour vos travaux déjà réalisés ou pour des travaux inédits).

+ Sentez-vous libre de diffuser vos travaux sur toutes les plateformes de votre choix, même avant la diffusion de l’œuvre commune, et de les réintégrer dans d’autres oeuvres, et recevoir une rémunération pour cela, même avant la diffusion de l’œuvre commune.

+ Attendu que ma propre contribution est dans le domaine public, je peux la diffuser en avant-première ou la réintégrer dans d’autres œuvres.

+ Nous ne ferons pas de contrat. Si nous ne nous faisons pas confiance, un contrat n’y changera rien : mieux vaut ne pas travailler ensemble.

+ Sentez-vous libre de demander à ce que votre contribution soit retirée de la diffusion à tout moment. Mais tenez bien compte du temps que cela me demanderait de refaire l’œuvre sans votre contribution, et du préjudice que cela représenterait pour le public, privé temporairement ou définitivement de l’accès à une œuvre.

+ Rappelez-vous que mes textes sont dans le domaine public, hormis ceux réalisés sous licence (Millevaux Sombre, pour l’instant). Cela veut dire que vous pouvez reprendre mon texte, le (re)maquetter et l’illustrer, l’éditer et tirer un profit de cette édition (comme vous pourriez le faire avec tout texte du domaine public, comme Alice au Pays des Merveilles, ou la mythologie grecque), sans même être obligé de me consulter, de me créditer ou de me rémunérer. Considérez qu’en créant ainsi une œuvre dérivée, vous m’apportez un soutien. Vous avez tout à fait le droit de m’apporter un soutien supplémentaire, à plus forte raison si vous avez sollicité des travaux inédits de ma part.