[Dans le mufle des Vosges] 26. Éternel raccourci

ÉTERNEL RACCOURCI

L’expédition se voit contrainte de passer par les forêts limbiques. En terre d’horreur, de culpabilité et de vertige.

(temps de lecture : 6 minutes)

Joué / écrit le 18/05/20

Jeu principal utilisé : Oriente, perdre ses repères en traversant la forêt de Millevaux

N.B. : Les personnages et les faits sont fictifs.

Le projet : Dans le mufle des Vosges, un roman-feuilleton Millevaux

Précision : ces feuilletons sont des premiers jets, donc beaucoup de coquilles demeurent. Merci pour votre compréhension.

Avertissement : contenu sensible (voir détail après l’image)

49800581187_9efdb88f64_z.jpg
Sergei F, cc-by, sur flickr

Contenu sensible : mort d’enfants

Passage précédent :

25. Nos fantômes
Pour ce nouvel épisode et jusqu’à la fin, on ferme le capot pour se concentrer sur l’histoire.

L’histoire :

26544148585_cac637658c_o.jpg
Ausserwelt, par Year of No Light, départ pour l’île des morts à bord d’un post-hardcore sans parole.

La route reprit, on traînait à moitié le Polyte, ses sabots laissaient des pistes dans le péteuillot et les feuilles mortes. Balancé sur son brancard, la Sœur Marie-des-Eaux se laissait aller à une rêverie entrecoupée de saillies traumatiques. Il voyait, de loin en loin, l’Euphrasie se retourner vers eux, couverte d’épanchements et de coulures, et son regard de plumes noires semblait toujours dardé vers lui. La chiffonnière était-elle un être humain ? Elle semblait être comme cette Augure dont lui avait parlé Champo, appartenir à un autre règne. Elle dont les yeux pénètraient comme des couteaux pour extraire de lui la substance de son être, leur avait bien fait comprendre qu’elle en savait long sur eux, mais elle savait plus encore, qu’elle cachait. A quel prix avait-elle arraché de la forêt et des hommes tous ces mystères ?

Ils arrivèrent sur un point culminant toute la canopée : Noirmont. Saignant sur l’horizon où se noyait un soleil mou, la pluie s’étendait de tous côtés, en mer verticale, on la voyait baver sur Plombières, sur le Val d’Ajol, sur Bains-les-Bains, et enfin, sur Xertigny, dont on voyait à peine le clocher. La grimpette sur cette colline les rassura : ils n’étaient pas perdu comme tout semblait le faire accroire. Mais le panorama les mit aussi devant l’évidence qu’ils n’étaient pas plus proches de leur destination qu’au départ : cherchant à éviter des dangers dont pour le coup la présence ne fut jamais confirmée, la chiffonnière les avait fait progresser en colimaçon, tant et si bien qu’à vol d’oiseau ils avaient plutôt reculé qu’avancé. L’ambiance générale était encore plus morose que le ciel, et le coup d’œil sur les Vosges en majesté n’avait rien de rassurant : partout on voyait l’emprise des arbres, totale. Aucun chemin en vue qu’on eut pu emprunter s’il eût fallu se passer des indications de leur guide.

La chiffonnière leur fit hâter le pas. Elle voulait qu’on trouve un abri pour la nuit, consciente qu’ils ne supporteraient pas d’autres bivouacs à la belle étoile. Le Polyte suivait sans entrain. Son nez coulait comme une fontaine, et ses « atchi » ponctuaient la marche. Il était misérable à voir, les yeux rouges, ne prenant même plus la peine d’éviter les branches qu’on lâchait sur son passage. Ce n’était plus que reniflement et toux à couvrir le bruit de l’averse. Et puis, il manquait jamais de fourrer ses sabots dans les trous d’eaux, il était puisé jusqu’aux genoux, il tremblait comme une feuille, claquait des dents. Mais c’était un miracle qu’un rhume se fût déclaré aussi tard : il annonçait les maladies pulmonaires qui les attendait tous si on continuait sous cette drache de tous les diables.

C’est à partir de ce moment que l’attitude de la Frazie s’infléchit, et que les choses devinrent de plus en plus étranges. Elle cessa de masquer son inquiétude, et leur fit redescendre la vallée, toujours s’éloignant de Xertigny selon les dires de la Madeleine. Les bois étaient devenus des marécages, il fallait prendre gare à chaque ornière qui pouvait dissimuler un bourbier. C’est toute une tribu de nez morveux que la chiffonnière conduisit à l’église Sainte-Marie-des-Aulnouzes du Molieu. Le Père Benoît fut soufflé par le spectacle. L’édifice, presque une basilique, au milieu de rien, de la profondeur païenne des Vosges. Certes, son architecture respirait la simplicité, mais sa taille la faisait dépasser les arbres qui avaient depuis longtemps bouffé tout le reste du village, et le lierre entortillé autour du clocher n’enlevait rien à sa majesté. A l’intérieur, c’était ronces, taillis et flaques, mais les vitraux étaient en bon état et le lichen donnait à la nef un air de fossile magistrale. La statue de la Vierge Marie, en gloire, en assomption, consacrait l’endroit comme un lieu saint, un lieu habité.

« Ainsi donc ce sera notre gîte pour la nuit ?, s’enquit le prêtre.
– Non. C’est juste un passage. Le Polyte a chopé un sale rhûme et on va tous y passer les uns après les autres si on persiste à affronter les vannes du ciel.
– Qu’est-ce que vous allez faire ? Vous avez trouvé une écluse ?
– A peu près. Dans cette église, il y a une entrée pour les forêts limbiques. »

Elle s’arrêta au pied de la statue de Marie, toute garnie de champignons. Elle marquait ses effets, et lisait dans les visages qu’on comprenait bien la gravité de la situation.

« Là-bas, je peux toujours vous guider et au moins, nous serons au sec. Mais il s’y trouve un danger contre lequel je ne peux rien. Les horlas. Pourrez-vous m’aider ? »

Les trois adultes hochèrent de la tête. Ainsi donc c’était d’accord, puisqu’on n’avait pas d’autre choix.

La chiffonnière descella la plaque sous la statue, révélant un tunnel de terre encombré de racines, où se tordaient des lombrics gros comme des orvets.

« Marie nous protège mais ne nous préserve pas. On va devoir abandonner derrière nous le brancard et ma hotte. Et l’entrée correspond à l’un des pires souvenirs de la première personne à franchir le seuil.
– Whoit, je me dévoue., fit la Madeleine.
– Nânni, vas-y pas, maman !
– Chut. Nous aussi, on doit faire notre part. »

Elle s’arc-bouta dans le terrier. La glaise lui collait partout, les vers glissaient sur ses croûtes. Elle soufflait, derrière ça poussait pour l’aider. La température chuta comme si on était rendu dans le cercueil du monde. Enfin, elle put mettre le nez dehors. Son haleine faisait un panache. Pourtant, c’était un souvenir d’été. Elle le comprend à la végétation présente, des graminées, des coquelicots, des chardons à la lisière des bosquets. Les prairies sont grasses, leur foin bon à prendre. Il y a une faucheuse attelée au tracteur du Nono Elie. Tout est en noir et blanc, impossible de douter qu’on est… ailleurs. Pourtant, une impression de familiarité lui tord les tripes. Elle n’a aucun reste de ce souvenir, sinon une terreur à vomir. Père Benoît pointe le bout de son nez. La Madeleine dit : « Il faut que je cherche quelqu’un… que je cherche quelqu’un, c’est important ! Le prêtre prend ça tout à fait au sérieux, mais d’abord il doit tirer la Sœur Marie-des-Eaux. Le regard de la fermière parcourt la prairie en arc-de-cercle. Elle voudrait pouvoir percer la réalité, quitte à s’en faire sauter la cervelle. Les arbres creux, les buissons, les premières bottes de foin, il y a des dizaines de cachettes.
« Montrez-vous ! Montrez-vous ! Je sais que vous devez pas rester cachés ! »
Elle voit son mari, le fils Soubise, monter dans le tracteur qu’il a dû emprunter pour l’occasion.
Le novice a été traîné à l’intérieur du souvenir, la Frazie suit et elle tire le Polyte en jurant, il veut pas venir le fichu baudet.

La Madeleine voit une chose blanche dépasser de sous les rideaux de la faucheuse. Elle comprend. Elle comprend qu’elle n’aura pas le temps. Alors elle gueule à la Frazie :
 » Non, faites pas monter le Polyte ! ‘Faut pas qu’y voit ça !
– Sâprée bourrique, puisque j’ai dit qu’on a pas le choix ! Il doit venir avec nous, ça vaudra toujours mieux ! » Et la chiffonnière tire de toutes ses forces.
Alors la Madeleine s’empare du corps du Polyte, faut dire qu’il pèse presque rien. Et elle court avec sous le bras, lui bouchant les yeux. « Maman, qu’est-ce qui se passe ?
– T’occupes ! »

Elle court vers la forêt, le plus loin possible du spectacle.

Par réflexe, l’Euphrasie et le Père Benoît empoignent la Sœur Marie-des-Eaux et courent à sa suite. Mais les deux exorcistes cèdent à la tentation ; ils regardent dans leur dos. La Frazie n’en fait rien, elle sait déjà ce qui va se passer, ce qui s’est passé.

Sous la jupe de la faucheuse, y’a deux gamins, qui jouaient à cache-cache.

Et le tracteur démarre !

Ils courent, ils courent, à travers la forêt polaire, avec derrière eux le bruit de la machine qui déchire.

On peut pas dire que la Frazie les guide encore, elle se contente de suivre la Madeleine, qui instinctivement avait repris le chemin de la maison, mais rapidement les racines et les troncs ont absorbé celui-ci, il n’y a plus que la forêt, étrangère, noire, blanche, dans un crépuscule qui apporte sa lumière, car ici, dans les forêts limbiques, le jour est la nuit et la nuit et le jour.

Au bivouac, la Madeleine était en pleurs, fondue. Le Polyte comprenait pas trop ce qui s’était passé.

Mais le Père Benoît avait bien tout compris, et il fixait la fermière avec ces yeux des prêtres qui ont failli au vœu d’indulgence.

Il lui murmura, à cette victime pour qui ils avaient tout sacrifié, à cette marricide qui ne voulait pas aller à confesse :
 » C’étaient vos autres enfants, n’est-ce pas ? Ils étaient sous votre surveillance. Ils ne pouvaient compter que sur vous et vous les avez laissés tomber. »

Lexique :

Le lexique est maintenant centralisé dans un article mis à jour à chaque épisode.

Décompte de mots (pour le récit) :
Pour cet épisode : 1563
Total :  50937

Système d’écriture

Retrouvez ici mon système d’écriture. Je le mets à jour au fur et à mesure.

Feuilles de personnages / Objectifs des PNJ :

Voir cet article

Épisode suivant :

27. L’inatteignable lumière du pardon
Dans les forêts limbiques, la vie marche aux côtés de la mort, et même les plus lourds passés remontent à la surface.

2 commentaires sur “[Dans le mufle des Vosges] 26. Éternel raccourci

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s