Tuer Précieuse

TUER PRÉCIEUSE

Une incursion dans un sous-monde où à la fois l’univers de Cœlacanthes et le thème des femmes au destin tragique envahissent tout. 2ème épisode de la campagne solo Millevaux/Trilogie de la Crasse par Damien Lagauzère

(temps de lecture  : 13 min)

Joué le 13/05/2019

Le jeu principal de cette séance : S’échapper des Faubourgs, cauchemar de poche dans une banlieue hallucinée, par Thomas Munier

51697573581_51749fe98a_z.jpg
55Laney69, cc-by-nc

Parties précédentes de la campagne Millevaux / Trilogie de la Crasse  :

1. La Reine de la Crasse
Première partie d’une nouvelle campagne Millevaux solo-multisystèmes, en crossover avec la mythologie de la Trilogie de la Crasse et la ville crapoteuse et hallucinée de Mertvecgorod née sous la plume de Christophe Siébert. Où un simple exécutant s’entiche pour la victime qu’il doit convoyer et tente l’impossible pour la retrouver.

    La Nuit Noire ! Caspar le WereWorld m’a envoyé dans la Nuit Noire., le monde dont il est le garou. Je n’y vois… rien !

    Je suis aveugle !

    Je suis les Étoiles !
L’ombre d’Antéros et de l’Entropie obscurcit mon ciel !
La lumière des Yeux et du Joueur me guide la nuit !

    Les Yeux, dîtes-moi où je suis.
    Cet endroit a tout du repaire d’une personne extrêmement antipathique. Pourtant, c’est la sortie, l’ÉCHAPPATOIRE. La seule issue pour quitter le monde-garou. Les Yeux me disent que du lierre court le long des murs et qu’une pluie noire frappe l’unique fenêtre. Et cette fenêtre donne sur un tas d’ordures, un tas de merde. Ça me rappelle mon studio avec vue sur la Zona mais là, il y a deux portes. L’une mène vers le vrai monde. Mais il est trop tôt pour pouvoir l’ouvrir. Avant, me disent les Yeux, je vais devoir accomplir un rituel. Ensuite, je pourrais revenir à l’ÉCHAPPATOIRE et m’enfuir. Mais pour ça, je vais devoir emprunter l’autre porte.
    De l’autre côté, c’est la MORT. Et la mort a les traits de Yezod, la Fondation, une émanation d’Antéros. C’est un quartier répugnant et malade. Les trottoirs et les murs sont couverts de croûtes et de lacérations. Les affiches publicitaires sont lamentables et mettent en scène une population d’être difformes aux membres grêles et tordus. Ce monde est tordu, torturé par l’Entropie. Je ne la vois pas mais je la sens. La Pluie Noire. Par moment, je butte sur des racines qui transpercent le bitume et je comprends que les racines millevaliennes s’efforcent elles aussi de tordre et contraindre ce petit univers, Caspar. Là, je me dis qu’il doit bien souffrir. Il est probable que le monde dont il est le garou n’a pas toujours été la proie d’Antéros, Millevaux et l’Entropie. Mais quand les Yeux me décrivent les visages des êtres torturés qui ornent les panneaux publicitaires, je comprends que Caspar aime ça. Il aime cette torture. Il aime voir son monde s’écrouler sur lui-même. Il aime souffrir. Il aime obéir aux ordres de Yezod et Antéros. Il aime sa soumission à L’Entropie.
    Et là, je comprends que je vais mourir. Je lève les Yeux vers le Joueur et espère qu’il va pouvoir me sortir de là. En effet, tout cela n’est qu’un jeu et chaque jeu a ses règles. Et là, les règles veulent que je meurs, non ? Pas forcément…
    Je me rappelle la Reine. Je l’aime, je crois. J’ai peur qu’elle ne m’aime pas. Je sais qu’elle ne m’aime pas. Elle ne me déteste pas mais… elle ne m’aime pas. Pas comme… Bref ! C’est le moment d’accepter en toute humilité que je ne suis pas grand chose finalement, à peine un personnage de fiction. Et même pour un autre personnage de fiction, je ne suis pas grand chose. Pour autant, nous avons partagé de bons moments elle et moi. Des moments cools, sincèrement cools, ouais ! Ça, je m’en rappelle et même la Mort, même Yezod ne pourra l’effacer, hein ? Je me concentre sur ces images emplies de ma Reine et de Lumière et espère que la Mort va m’épargner. J’attends le prix. Car il y a un prix, hein ?
    Et ce prix, je dois l’accepter si je veux vivre. Alors j’accepte que tout ça c’est du flan. Que ces souvenirs, mes souvenirs, ne sont qu’une réécriture du réel, de l’histoire, afin de contempler dans la glace le visage d’un mec bien, d’un mec qui est « au-dessus de ça », un mec modeste qui se contente de peu, un mec sincère. Mais tirer fierté de son humilité, c’est pas un peu abusé ? Et est-ce vraiment de l’humilité que d’accepter le constat qu’on a pas ce qu’on veut et qu’on l’aura jamais ? Y a eu des bons moments avec la Reine, ouais, mais… Je dois accepter que leur sens véritable n’est pas celui que j’aimerais. Il n’y a là aucune preuve que je suis un mec bien. Ce sont juste des moments sympas en compagnie d’une nana que, finalement, je ne connais pas, qui ne me connaît pas et que, pourtant, je vais devoir tirer des pattes d’un Cafard géant si j’arrive à sortir de Caspar !
    Alors, est-ce que ça suffit à sauver ma peau pour cette fois ? On dirait…

    Je suis… Je suis… J’ai une queue de cheval. Je ricane sans cesse. On me trouve antipathique et intimidant. Je suis prêt à tout pour protéger mes secrets. Et il y a quelqu’un ici qui menace mes secrets. Il ne doit pas quitter ces Faubourgs. Il n’emportera pas mes secrets.
    J’erre en ces lieux qu’on nomme la Geôle. Ils sont à l’image de Yezod. Les os tordus qui en constituent les colonnes sont battus par la Pluie Noire et parcourus, enchaînés et contraints par les racines et les lierres de Millevaux. C’est pourtant là qu’on trouve l’Embaumeur, celui qui sait faire de ta chair un COSTUME DE POUVOIR. L’autre, les Étoiles qui menacent mes secrets, va certainement vouloir un tel costume. Il va certainement vouloir rencontrer l’Embaumeur. Je dois l’empêcher ! Alors, j’use de mes propres pouvoirs pour confiner ce quartier. Tel sont mes pouvoirs. Les os tordus de Yezod sont aussi fait pour être tordus et pliés. Et il aime ça, le bougre. Il aime torturer et être torturé. Il aime souffrir autant que faire souffrir. Alors, je contrains ses os à former un barrage infranchissable. Jamais les Étoiles n’accéderont à la Geôle !

    Non, pas sûr que cela suffise à sauver ma peau finalement. Je tombe. Je ne vois rien mais je sens que je tombe. J’atterris dans de la boue. Mais c’est une boue vivante. Je la sens palpiter. Je sens aussi des ossements. Des os humains. Et non humains. Je me retrouve avec entre les mains un crâne aux dimensions étranges. Ce truc possédait une mâchoire allongée et des cornes. Je tâtonne encore, à quatre pattes dans ce que je devine être une sorte de fosse commune. Il y a un cadavre plus récent. Je palpe son visage et crois le reconnaître. Ce crâne chauve ne m’est pas inconnu. Je la reconnais. C’est une des filles qui bossent dans mon quartier. Elle est sympa. Elle a une tête bizarre. C’est parce qu’elle se rase le crâne. Ça lui donne un côté punk mais fragile aussi. Je l’aime bien. Je la connais pas. On a jamais vraiment parlé, juste échangé des banalités, mais je l’aime bien. Elle se fait appeler Précieuse. C’est bien trouvé. Que fait-elle là ? Est-elle vraiment morte ? Elle ouvre les Yeux. Puis-je la sauver ?

Je suis les Étoiles !
Ici et maintenant, je sers Précieuse contre mon cœur pour lui donner une étincelle !
Je suis les Étoiles !

    Les Yeux, dîtes-moi…
    Les Yeux savent que c’est injuste mais, pour sauver Précieuse, je dois la tuer dans son sommeil. Les Yeux me tendent cette rapière. Je la dissimule dans mon dos et, toujours dans la boue, je berce Précieuse pour qu’elle s’endorme. Puis, alors qu’elle a de nouveau fermé les Yeux, je lève l’arme au-dessus de son cœur. Et alors qu’un Cœlacanthe de trois mètres de long glisse vers moi, dévorant tout sur son passage, j’enfonce la pointe de la rapière dans le cœur de Précieuse et les Yeux s’ouvrent de nouveau sur ce quartier de MORT.

    LA LUMIÈRE ENFERME ET L’OBSCURITÉ LIBÈRE, est-ce là le sens de ma cécité ? Dois-je accepter la Nuit Noire. Dois-je accepter de m’en remettre aux Yeux pour sortir d’ici ? Je dois trouver l’endroit où accomplir ce rituel.

Je suis les Étoiles !
Ici et maintenant, je m’en remets aux Yeux pour savoir où accomplir le rituel !
Je suis les Étoiles !

    Et les Yeux me parlent. Ils vont me dire où me rendre mais avant je dois accepter d’être le vassal de la douleur. Je dois me soumettre et accepte d’offrir ma souffrance à Yezod. Les mots sont mes alliés. Les maux sont mes alliés ? Les Yeux sont des salauds ! Et quelle forme va prendre cette douleur. Un archer, répondent les Yeux. Et il est déjà là, devant moi. Il pointe son arc dans ma direction et je ne dois pas tressaillir, pas bouger, accepter. Et lui, pourquoi fait-il ça ? Pour trouver le bonheur me disent les Yeux. L’image de Saint-Sébastien s’imprime dans mon cerveau. Je retiens mon souffle et attends. Ça pique ! Le COSTUME DE POUVOIR ! C’est là que je dois me rendre. Pour ça, je dois trouver le PASSAGE. Mais où est-il ? Et à quoi ressemble-t-il ? Les Yeux me décrivent une grotte qu’ils qualifient de stellaire. Je ne comprends pas ce que ça veut dire. Mais Stellaire… ce sont les étoiles. Et les Étoiles, c’est moi. Cette grotte, ce serait moi ? Ou alors, elle serait en moi ? Le PASSAGE serait en moi, je pourrais y accéder de moi-même ? L’espace d’un instant, j’envisage la structure fractale de Caspar. Le WereWorld est un monde dans un homme qui est dans un monde. Et dans ce monde à l’intérieur d’un monde dans un homme qui est dans un monde, il y a moi, un homme, avec dedans… un PASSAGE, vers où ?

    L’autre va venir. Je le sais. Je dois l’empêcher de rencontrer l’Embaumeur. Je vais leur montrer à tous ! Ma puissance et la puissance de Yezod ! Je m’offre à la Pluie Noire ! Je m’offre à la Nuit Noire ! J’offre ma souffrance à Yezod ! Je tords mes os en l’honneur d’Antéros jusqu’à ce que mes membres déformés projettent l’ombre d’un être difforme et monstrueux. Cette ombre voûtée aux longs bras et aux longues jambes finissant par des griffes acérées se détache de moi et prend sa place dans la Nuit Noire. Là, elle attend. Elle attend les Étoiles et les déchirera. Elle offrira cette souffrance à Yezod et Antéros. J’en ris d’avance. Et maintenant, je rejoins le PASSAGE. Dans un ricanement, je me fond dans l’ombre. J’observe les Étoiles se jeter dans la gueule du loup.
    Si les Étoiles survivent, il y a fort à parier qu’elles se rendront dans LE PLAN DANS UNE TÊTE. Mais qu’est-ce qui se cache sous ce chapiteau froid et humide ? Quelle parade monstrueuse s’y terre ? Quand le vent souffle, on dirait les voiles d’un vieux galion. Ceux qui habitent là sont-ils des pirates ? Cachent-ils un trésor ? Sont-ils au service ou se cachent-ils d’Antéros ? Je dois penser à tout si je veux préserver mes secrets.

    Et du COSTUME DE POUVOIR, une ombre tordue rampe jusqu’à LA LUMIÈRE ENFERME ET L’OBSCURITÉ QUI LIBÈRE.

    De ma grotte stellaire, du PASSAGE, les yeux me guident jusqu’au lieu du rituel. Là, dans LE COSTUME DU POUVOIR, l’Embaumeur va m’aider. J’espère…

    Je ricane, je ricane mais… Ma créature a déserté LE COSTUME DE POUVOIR. Pourquoi ? Quelle trahison ! Qu’à cela ne tienne, j’en créerai une autre, plus grande, plus forte, plus docile. Pour cela, je sculpte les ombres avec précision. Je dessine un être courbé recouvert de plumes. Je le fais disposé à m’aider. Une aura semble émaner de lui. Je répands sur lui la malédiction de Millevaux. Il sera mon acolyte, mon garde du corps, envahi de mauvaise herbe. Les plumes et l’herbe. La faune et la flore… à mon service…
    Et maintenant, vole ! Vole vers les Étoiles ! Vole vers le COSTUME DE POUVOIR !

    Que se passe-t-il ? Je parlais avec les Yeux et se dessinait l’ébauche d’UN PLAN DANS UNE TÊTE. Ma tête ? Les Yeux parlent toujours mais le Plan a disparu. Ou plutôt, je ne le vois plus. Je ne le sens plus. Quelque chose fait… obstacle.

    ROHUM m’a dit où trouver l’Embaumeur. Il m’a dit qu’il m’aiderait pour le rituel. Mais, le PLAN DANS UNE TÊTE, je ne l’ai plus. Ou plutôt, il est là mais je n’y ai plus accès. Qui l’a bloqué ?
    Les Yeux me guident vers l’Embaumeur et le COSTUME DE POUVOIR qui me permettra de rentrer chez moi. Une fois le rituel accompli, je devrai foncer jusqu’à l’ÉCHAPPATOIRE en espérant qu’aucune galère ne me tombe encore dessus. Sur un plan purement statistique, c’est possible.
    Mais, alors que j’approche de l’antre de l’Embaumeur, je sens la température monter de plus en plus malgré la Nuit Noire et la Pluie Noire. Et pourtant, le vent souffle. Un véritable cyclone. N’y voyant rien, je ne sais pas l’origine de cette météo paradoxale mais plus j’avance, plus j’ai l’impression de danser au bord d’un volcan.
    Puis, les Yeux m’indiquent que je viens d’arriver à une espèce de campement, dans un squat pourri. Ils me décrivent un feu de camp, un sac à dos et un tas de couvertures. Il y a des boites de conserves vides par terre. Il fait toujours chaud mais moins que dehors. Est-ce la planque de l’Embaumeur ? Oui, mais il n’est pas là. Le COSTUME DE POUVOIR est là lui par contre. Un gros scaphandre de terre et de bois. Je passe ma main dessus et sens les symboles gravés dessus. Je reconnais des symboles alchimiques. Je reconnais aussi certaines des runes utilisées par Corso. Il y a d’autres symboles aussi que je ne connais pas. Cet artefact est un melting-pot, pour ne pas dire un pot-pourri, de toutes les magies connues et inconnues. Et de truc est sensé me ramener chez moi.
    Je découvre une ouverture dans le dos. Je pourrais m’y faufiler. Mais j’ai l’impression que ce ne doit pas se passer comme ça. Déjà, je ne peux pas voler ceci à l’Embaumeur. Ce ne serait pas correct. Et puis, pour le rituel, les Yeux vont me demander quelque chose, hein ? Ce monde-garou est rongé par Yezod, la souffrance. Aussi, vais-je encore offrir un peu de souffrance à ce monde pour pouvoir m’en aller. Alors, les Yeux, que voulez-vous ?

    « Repartir à zéro ! »

    Quoi ? Je ne comprends pas. Qu’est-ce que ça veut dire, repartir à zéro ? C’est quoi, zéro ? C’est où ? À mon arrivée dans ce monde ? Au début de cette affaire à la con ? Quand Black Rain m’a demandé de ramener la reine aux Soars ? Avant ? À la création de l’univers ? À la mort de l’Hommonde ? C’est quand zéro ? C’est où ? Zéro, c’est rien ! C’est le néant ! C’est zéro. Zéro, c’est pas le début. Le début, c’est un. Zéro, c’est juste avant. Alors les yeux, vous voulez retourner au néant ? Avant le début, avant de naître… Vous voulez mourir avant d’être nés ? Pour renaître ? Ou ne pas naître ? Naître ou ne pas naître, telle est la question ?
    Les Yeux sont nés quand je suis arrivé dans ce monde. Avant, c’est ce quai de métro où Caspar s’est transformé pour m’aspirer ici. Alors, c’est là que je dois retourner. Dans le métro. L’ÉCHAPPATOIRE, c’est le métro ! OK, j’enfile cette armure bizarre et je fonce. Et tant pis pour l’Embaumeur.
    Une fois dans l’armure, je sens des racines et de fines tiges s’enrouler autour de moi et s’insérer dans ma bouche, mes narines et sous mes ongles. Ça fait mal. L’ultime cadeau de et à Yezod. Sans même avoir l’impression de me déplacer, je me retrouve dans la grotte stellaire de mon PASSAGE. Et de là, je rejoins l’ÉCHAPPATOIRE.
    Fenêtre avec vue sur un tas de merde, deux portes. Je vais rentrer chez moi.

Je suis les Étoiles !
Ici et maintenant, pour briller malgré l’obscurité !
Ici et maintenant, pour rentrer chez moi, je dis adieu aux Yeux !
Je suis les Étoiles !

    L’espace d’un instant, je suis dans une pièce aux murs blancs. Il y a peu de meubles, des livres sur des étagères blanches elles aussi. Une porte est ouverte. Je vois un homme, de dos, en train de taper quelque chose sur son ordinateur. Je n’ai pas le temps de faire un pas dans sa direction  que tout change autour de moi. Mais, dans un coin de mon champ de vision, je vois. Je ne suis pas seul à fuir le monde-garou. Une ombre tordue faite de plumes et d’herbes. Elle se faufile dans les interstices que j’emprunte moi-même entre les mondes. Elle me suit. Merde !

Sur l’utilisation de S’échapper des Faubourgs en solo :

Damien :

Et voila le CR de mon hack solo de S’échapper des Faubourgs.  et ben… ça tourne plutôt pas mal. et ça aurait même tourné mieux si j’avais mieux préparer mes tables ^^ mais en vrai, ça tourne. là, j’ai fait court en me limitant à un seul rituel pour pouvoir sortir. mais y a carrément moyen. en fait, j’ai remplacer la rose des vents par une table d’actions à cocher pour mon perso. j’ai utilisé la même pour l’antago que je jouais en plus avec le MJ Solo. et j’ai quand même rajouté une table d’ « action du MJ ». malgré mes craintes, ça ne s’est pas révélé superflu. au contraire même, ça a vraiment le potentiel pour rajouter du piment. et maintenant que Haze est de retour chez lui, je vais reprendre mon enquête là où le monde-garou l’avait contraint de la laisser ^^ bonne journée à toi

Thomas :

Tu as utilisé le plan des faubourgs ? Tu as capté que le rituel d’échappatoire c’était une métaphore du suicide ?

Damien :

j’ai utilisé le plan en l’adaptant car je n’ai pas pu l’imprimer. j’ai donc fait des tableaux et tout pour coller le plus possible à l’esprit. après, j’ai rajouté des actions en vue du solo. et là, pour le test je me suis borné à la réalisation d’un rituel dans un des quartiers puis emprunter l’échappatoire. j’avoue ne pas avoir du tout capter la métaphore ^^ d’autant plus que là, il s’agissait concrètement de quitter ce monde pour retourner dans celui d’origine .après, ça n’a pas été sans laisser quelques plumes ni rapporter des emmerdes pour la suite. mais j’ai parlé des Faubourgs sur la page FB du jdr Silent Hill. à mon avis, ça peut très bien tourné aussi et là, par contre, la métaphore du suicide prend toute sa dimension. mais il faudra que je trouve le temps de remettre bien mes notes aux propres et tester ça plus longuement dans une version Silent Hill ou même Chtulhu, selon le type de créatures qui hantent les lieux. et puis, cette mécanique peut très bien servir à narrer les aventures et les visions d’un PJ au bord de la folie. qu’en penses-tu?

Thomas :

Oui, S’échapper des Faubourgs emprunte pas mal à Silent Hill donc un crossover serait absolument pertinent. Et en effet, ça peut aussi être un bon outil pour motoriser un cauchemar à l’intérieur d’une campagne:)

Commentaires de Thomas après lecture du récit :

A. Intéressant de prendre comme prétexte pour une partie de S’échapper des Faubourgs que le protagoniste s’est fait happer par un Wereworld. D’où vient ce concept de monde-garou ?

B. Pour info, d’après les règles de S’échapper des Faubourgs, les quartiers de la Mort et de l’Échappatoire ont la même apparence.

C. Peux-tu nous dire d’où vient le concept d’Antéros ?

D. L’homme à la queue de cheval est le deuxième PJ des Faubourgs joué avec ton générateur de PJ ?

E. « Les Yeux savent que c’est injuste mais, pour sauver Précieuse, je dois la tuer dans son sommeil. » Tu as bien capté la logique de S’échapper des Faubourgs qui tend à ce que les PJ soient plus cruels que les « monstres ».

F. Je pense que tu as utilisé The Name of God sur ce solo : ça a eu un gros impact ou c’était juste un peu de couleur ?

G. « Le WereWorld est un monde dans un homme qui est dans un monde. Et dans ce monde à l’intérieur d’un monde dans un homme qui est dans un monde, il y a moi, un homme, avec dedans… un PASSAGE, vers où ? » Mindfuck 🙂

H. Il y a un sacré jeu avec le quatrième mur de décrire les décors indirectement, c’est-à-dire non pas vu par les yeux du personnage mais décrits à lui par les Yeux, c’est-à-dire le Joueur.

I. Ton costume de pouvoir, scaphandre de terre et de bois, m’évoque les golems dans le cauchemar Golems de Cœlacanthes. L’arrivée dans le dos du Joueur penché sur son ordinateur contribue aussi à m’y faire penser, puisque les golems conduisent vers le Méta-Monde

Réponse de Damien :

A. C’est une création personnelle ^^ un flash que j’ai eu.

B. J’avoue qu’au bout d’un moment, je suis tellement dans mon truc que j’oublie les règles ^^

C. De Nuit Noire, très bon roman (euphémisme) de Christophe Siébert.

D. Ça vient de Muses et Oracles ce genre de détails.

E. Normalement, dans The Name of God, ce sont les autres joueurs qui jouent les Yeux. Là, c’est tombé comme ça au hasard du tirage de mots-clé.

F.     Les 2 ! l’air de rien, ce jeu est vraiment bon.

G. ^^ on fait ce qu’on peut.

H. Les Yeux viennent vraiment de The Name of God mais j’aime bien faire du méta-jeu aussi. J’en profite d’être en solo. À plusieurs… on va dire que c’est pas forcément bien vu ^^

I. Mais ça vient clairement de Cœlacanthes, oui 🙂

Un commentaire sur “Tuer Précieuse

  1. ça fait un sacré bail que j’ai pas joué à S’échapper des Faubourgs !

    Je suis pourtant toujours fan de l’atmosphère unique de ce jeu de plateau – jeu de rôle. Je suis bien heureux que des gens comme Thibault Boube ou comme Damien Lagauzère s’en soient emparés pour en faire quelque chose de plus rôliste encore.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s