[Extraits] Afi, sur les Voies Déchues

[Extraits] Afi, sur les Voies Déchues

Un terrible jeu de poule-renard-vipère entre les enfants, les horlas et les chasseurs de monstres, inspiré de l’antique jeu babylonien d’Ur. Par Claude Féry

(temps de lecture des extraits : 1 min / temps de lecture du jeu : 4 min)

« Les grains de riz paddy figurent les graines ou l’ivraie selon qu’ils soient placés sur un pion orange ou noir. »

« Mon voyage est erratique.
L’oubli emporte le temps.
La Forêt ronge le Monde.
Sans pair, l’ombre est ma lumière sous les cimes.
Les Vénérables oscillent sous les bourrasques d’égrégore.
ΛΑΒΉ , s’enkyste en mes chairs.
Les ΟΥPΟΣ me pourchassent. »

« Toutes les graines qui n’auront pas été récoltées à la fin d’un tour de table complet, seront alors de l’ivraie dont se nourrissent les horlas. »

« Le horla part du point A et respecte les flèches indiquant le sens de circulation.
Toutefois, sitôt qu’iel voisine une case occupée par une jeune âme, ses mouvements
sont libres afin de mieux fondre sur ses proies. »

« ΘΡΊΑΜΒΟΣ [Thríamvos] : triomphe
Dans mon instance, je dis comment, je plie le Monde à ma volonté. »

« ΠΌΝΟΣ [Pónos] : souffrance
Dans mon instance, j’évalue le poids de mon échec.
Je dis comment à moi, s’impose le Monde. »

« LA FORÊT
La part animale des jeunes âmes s’éveille au chant profond de la forêt.
Forêt est vivante. Elle bouge ! Les arbres font cercle !
Les parasites et la végétation détériorent tout se que bricolent les jeunes âmes aventurières.
Les gamins ont perdu la trace !
Le grand, Oriente, bruisse comme une feuille ! Ses mots sont tombés dans la fondrière ! »

« LES HORLAS
On s’interroge sur l’humanité de la personne censée incarner un monstre.
Une visiteuse s’empare des provisions et d’étranges empreintes sont relevées autour du bivouac.
Une présence, furtive, se coule dans les hallier.. et sans cesse se dérobe. »

3 commentaires sur “[Extraits] Afi, sur les Voies Déchues

  1. Très ancré dans l’imaginaire ukrainien, Afi est une exploration qui vous entraîne au cœur des campagnes Millevaliennes du clan Féry. L’emploi du jeu babylonien d’Ur avec cet énigmatique jeu de l’oie où les horlas pourchassent des enfants dans la forêt donne un ton mystérieux au jeu.
    Mais qu’attends-je donc pour le tester ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s