[GN Valerrance] Interviews de participantes, 6

Les armes et les âmes s’entrechoquent

S’ouvre le terreau du silence

Dans le bois maudit de Valerrance

On continue les entretiens avec un échange étendu où je réponds à autant de questions que mon interlocuteur !

Retrouver ici toutes les informations sur le GN Valerrance

(temps de lecture : 10 min)

Dilan Damith Prasanga’s, insane_capture, Kotomi Creations, kurafire, Mark Grealish, modowd, SophieCharlotte, cc-by-nc

1. Thomas : Qu’est-ce que tu attends comme expérience du GN Valerrance ?

NonPasPardéfaut :

Mes attentes sont de plusieurs ordres :

i. De façon générale, c-à-d non-spécifique au jdr (un festival de musique ou tout autre évènement du même style ferait l’affaire) : détruire l’espace d’un week-end mes habitudes (pour certaines définitivement).

ii. Concernant le jdr : j’apprécie le jdr d’une manière générale car il constitue un espace de jeu sécurisé pour expérimenter sans que ça n’ait d’incidence en dehors de cette parenthèse. J’aime apporter des idées et des concepts et voir comment ils interagissent avec l’inconnu, à savoir, les idées apportées par les autres joueurs. En somme c’est un genre d’expérience de pensé, à plusieurs, et avec un certaine implication.

iii. Concernant Les Sentes (le seul GN auquel il m’ait été donné de participer) : Je pars sans attente particulière. Ou plutôt, je viens pour voir et jouer ce qui va se passer. Les expériences que j’ai déjà eu m’ont montré que le matériel de jeu est un terrain fertile sur lequel de nombreuses intrigues plus ou moins indépendantes croissent, elles sont amenées à se confronter et créent une histoire collective. En définitive, j’ai bien un personnage et un concept qui m’intéressent, mais j’évite de m’attacher à quoi que ce soit de trop précis et définitif afin de m’adapter. En cela mes attentes ne sont pas différentes, j’ai bien quelques idées quant à ce qui m’attends mais je ne m’y attache pas. En fait j’attends d’être surpris (‘me rappelle la notion d’Amor Fati cette affaire…).

2. Thomas : Tu as en effet pas mal de sessions des Sentes à ton actif(je pense que ce sera ta cinquième). Tu as pu voir les effectifs augmenter, une première session à quatre, puis vingt, trente, quarante… On pourrait bien, sauf s’il y a des désistements, être une cinquantaine. Qu’est-ce que tu as pu observer comme changements avec les variations d’effectifs ? Qu’est-ce que tu imagines que ça va donner à cinquante, avec des alliances regroupant plusieurs communautés ?

NonPasPardéfaut :

Une petite rétrospective s’impose avant de réfléchir à l’impact du nombre de joueurs sur les différentes parties :

– La partie à 4 joueurs a été la première que j’ai joué et m’a servi d’initiation, elle était donc un peu particulière

– Concernant Équinoxe, la seconde partie (à 20 je crois ?) je n’ai pas gardé énormément de traces mais de mémoire il y avait 5 communautés, exorcistes, sorcellistes, aubergistes, animistes et écorchâtres. Les écorchâtres (brigands) avaient pour particularité de s’être infiltré chacun dans des communautés différents. Les sorcellistes étaient à l’origine le clan le plus nombreux. Les personnages ont été créés à l’avance il me semble mais les liens ont été déterminés au début de la partie (ce qui avait pris un peu de temps). Au niveau individuel j’ai vécu une aventure très sympathique et je crois (mais les personnes plus impliquées dans l’organisation seraient plus à même d’en parler) que ça a été le cas de la plupart des joueuses. Au niveau de la dynamique des différents groupes, les animistes qui ne contaient que deux membres à l’origine ont recruté massivement tandis que la communauté des sorcellistes s’est éclatée. Il me semble aussi que côté aubergistes il y avait eu des regrets de ne pas avoir pu trop quitter l’auberge mais encore une fois je ne suis pas le plus à même d’en parler.

Hiver Nucléaire. Personnages et liens créés à l’avance, une quinzaine de personnes. Quatre communautés : Les Lazaréens (culte des mort-vivants), les assignés (Bagnards évadés et libres), les forçâtres (des forçats sous la coupe de la milice) et la milice (ils mangent des saucisses et dans la boue ils glissent :-p). Dire que le temps n’était pas au beau fixe serait un euphémisme, malgré cela, ou peut-être grâce à cela nous avons eu une superbe partie très immersive et mémorable. Pour ma part j’ai été rapidement transformé en zombi par les lazaréens (ce qui est tout à fait jouable) et si je me souviens bien les clans sont restés très soudés. Des intrigues sont nées intra- comme inter- communautés avec des dénouements plus ou moins heureux. Je ne me souviens plus d’autres éléments qui m’aient marqué.

Dusk River. Western shamanique. Pas mal de personnes, les personnages comme les liens n’étaient pas forcément créés à l’avance. Je n’ai pas le souvenir que les communautés disponibles aient été non plus fixées à l’avance. D’ailleurs je me souviens que plusieurs groupes étaient venus avec des projets et concepts déjà bien définis, de communautés, de liens, de personnages, etc. Dans l’ensemble ça avait donné une joyeuse foire hétéroclite et pour la première fois on pouvait être certain qu’il ne serait en aucun cas possible d’avoir ne serait-ce que vent de toutes les intrigues qui se dérouleraient durant ce GN. Je me souviens que les intrigues naissaient ça et là, s’entrecroisaient. Il y avait une grande abondance de choses à faire et le temps était trop court pour tout accomplir. Au bout de la course des choix étaient nécessaires.

En définitive je crois que la question de l’impact du nombre de joueurs a véritablement commencé à se faire sentir à partir de Dusk River. Quantité de choses se passent partout et on ne peut pas s’intéresser à tout, même parmi ses propres liens, rituels et activités liées à la communauté, il faut parfois faire des choix.

Une personne dont j’ai oublié l’identité a fait une remarque très pertinente au cours d’un GN Les Sentes en ligne et qui me parait tout aussi valable pour les GN en présentiel où le nombre de participants est élevé, c’était la suivante (si les termes employés n’étaient pas identiques, j’espère être du moins resté fidèle au message) : `On se retrouve parfois au milieu d’une situation sans comprendre ce qui se passe. Du coup on est largué et c’est difficile de se réintégrer au jeu`. Dans Les Sentes, les intrigues naissent ça et là, des joueuses et de leurs liens, de façon indépendante. Dans le même temps il y a une trame commune qui lie tout le monde. Des situations se créent en divers endroits à partir de contextes que le joueur n’a pas forcément puisqu’il était occupé ailleurs. N’ayant pas toujours le contexte à partir duquel certaines scènes se sont créées, on peut se retrouver au milieu d’une situation et ne rien y comprendre. Et si l’on ne s’est pas soi-même déjà créé quelques intrigues (notamment en début de partie) alors la réaction logique c’est de se sentir largué, complètement en dehors de tout ça. Je ne sais pas ce que ça vaut, mais une solution c’est peut-être de se créer un fil privilégié, sa propre intrigue en choisissant un élément au sein du matériel à disposition (rôle, destin, lien, rituel,…) ; à partir de là on a au moins un élément auquel se raccrocher lorsque l’on est perdu.

Ce phénomène arrive aussi avec son lot d’intérêts : lorsque des intrigues différentes, plus ou moins liées ou pas du tout liées, entrent en collision, il en naît quelque chose d’inattendu et de nouveau qui vient enrichir et parfois bouleverser chacune de ces histoires. Deux anecdotes me viennent en tête : « Une personne entre dans un bar et commande un verre. Elle paie d’un souvenir et sort. Les membres de la famille qui tenaient l’auberge s’entre-tuent quelques instants plus tard. Une étincelle était entré dans un baril de poudre. », « Une femme aime en secret son amant et leur amour passionné est réciproque. En la présence de l’amant, la femme devient muette. Un autre individu, ignorant leur relation, ayant remarqué et mal interprété ce comportement, le tout croyant bien faire, décide d’user d’un rituel afin de rendre à jamais l’amant imperceptible aux yeux de la femme et ainsi lui délier la langue… »

Ah, j’en oubliais la seconde partie de la question. Qu’est-ce qui va changer à 50 avec des regroupements de communautés en alliance ? Il y a je crois deux types d’intrigues, i. les intrigues individuelles (générées par les liens entre personnages et les rituels + communautés qui créent des grappes), ii. les intrigues collectives (liées au setup général, aux communautés, aux temps forts et la scénarisation en générale). En ce qui concerne le setup je pense que la principale nouveauté viendra des objectifs collectifs qui sont introduits pour la première fois (à ma connaissance) car dans le font les alliances entre communautés ne se définissent que par rapport à ces objectifs. Je m’attends donc à la chose suivante : toujours plus de possibilités (accroissement du nombre de joueur + introduction objectif commun) et donc de choix à faire. Certains privilégieront peut-être leurs propres intrigues, d’autres s’intéresseront peut-être davantage aux intrigues collectives.

3. Thomas : Même si on tente de garder un lieu central avec le campement des Hospitalites (histoire de bien distribuer le jeu aux personnes à mobilité réduite), on a aussi essayé d’agrandir le terrain de jeu avec 10 campements de communauté répartis un peu partout, y compris sur des pans de forêt qui n’ont pas été explorés lors de la précédente session, Dusk River. Il me semble que tu n’es pas une personne à mobilité réduite, est-ce que tu es particulièrement intéressé par l’exploration de la forêt ou préfères-tu le jeu social au plus proche du campement principal ?

NonPasPardéfaut :

Je n’exclus aucune possibilité.Ceci-dit, j’aimerais explorer un peu, ne serait-ce que par curiosité. Le jeu sociale est très prenant, il faut continuellement faire preuve d’inventivité. J’apprécierais d’alterner ces phases avec d’autres plutôt orientées « découverte » où les préoccupations se redirigent vers l’orientation et le physique et durant lesquelles on peut se laisser aller à simplement ruminer l’aspect relationnel. Dans tous les cas le campement hospitalite sera à n’en point douter un lieu de passage obligé et qui sait quelles rencontres j’y ferai et vers où elles me conduiront ?

4.1. Je te retourne tes questions.

4.1.1. Cette session Valerrance est-elle de ton initiative ? Qu’est-ce que tu attends du GN Valerrance ? As-tu des intentions particulières ?

Thomas : Oui, c’est de mon initiative. L’idée était d’avoir une session des Sentes, qui fait un peu plus rêver, d’où le choix du médiéval-fantastique. Mon intention est aussi de pousser les ambitions du design inclusif en proposant du coup un GN un peu « grand public » mais qui reste un GN d’auteur, avec certains thèmes un peu avant-gardistes, un système original et une création collective.

4.1.2. NonPasPardéfaut : Comment pense-tu que le nombre de joueurs croissant influe sur les différentes parties ?

Thomas : Il faut être un tout petit peu plus dirigiste sur le grand format. Ainsi, ce choix des Alliances et une chronologie assez précise. Pour autant, c’est sans ambition de contrôler l’expérience à tout prix, car en GN plus il y a de mondes, plus ce sont les initiatives personnelles des participant.e.s qui font le jeu, tout simplement parce que c’est illusoire de vouloir coordonner parfaitement. Le chaos et les expérimentations individuelles au service du collectif est donc privilégié.

4.1.3. NonPasPardéfaut : Quels effets auront selon toi les nouveautés (Alliances et implications) apportées à cette partie ?

Thomas : Déjà, apporter quelque chose qui a pu être absent des précédentes éditions des Sentes, c’est-à-dire une flèche du temps, une méta-intrigue bien lisible. Ensuite, le rajout de cette couche sociale avec les Alliances est là pour marquer la grande échelle, puisqu’on a ici 49 personnes, donc l’échelle de la communauté ne suffisait plus.

4.2. NonPasPardéfaut : Un framacalc pour lister les personnages et organiser a été ouvert mais ce n’était pas prévu originellement.

4.2.1. Conseille-tu de créer un personnage à l’avance ?

Thomas : Oui, parce que ça va être compliqué (sans être interdit) de se dégager un temps pour ça lors du GN proprement dit.

4.2.2. NonPasPardéfaut : Pour ceux qui n’auront pas créé de personnage à l’avance, un temps sera-t-il organisé pour cela le jour J ?

Thomas : J’ai prévu des prétirés pour dépanner les personnes en mal de personnage le jour J. J’amènerai aussi des fiches si ces personnes veulent à tout prix une créa personnalisée, mais ça ne pourra se faire que si on est avance dans le briefing et les ateliers. Après, on peut toujours utiliser l’application sur place, à condition que l’imprimante en local fonctionne. Pour conclure, on préfère un perso créé en avance, et que la majorité des participant.e.s fasse ainsi, mais pour les cas particuliers on s’adaptera.

4.2.3. NonPasPardéfaut : Si des personnages sont créés à l’avance sans concertation, il pourrait y avoir des doublons de mission de vie et destin. Serait-ce problématique ? Amusant ?

Thomas : En fait, ce serait surtout problématique si on gardait les mêmes noms (les noms des missions de vie). On va donc faire une présentation rapide des persos, et il sera alors toujours possible de changer le nom de son perso avant le jeu. Les doublons ne me dérangent pas dans la mesure où ça me paraît plausible qu’il y ait plusieurs archétypes semblables. Je sais à l’avance, pour avoir vu passer quelques feuilles de persos, que certains rituels identiques ont été choisis par plusieurs personnes. C’est juste la preuve que certaines pratiques rituelles sont plus répandues que d’autres dans Valerrance. Je suis persuadé que chacun en fera une interprétation unique et vu le nombre de personne, il est probable que ce phénomène de doublon ne soit pas plus remarqué que ça, car les témoins seront différents pour chaque doublon.

4.3. NonPasPardéfaut : Tu es l’auteur du GN Les Sentes, tu as écrit ce GN en ayant en tête un certain nombre d’intentions et d’idées sur la façon dont ce type de GN est sensé se dérouler. Dans tous les GN Les Sentes auquel j’ai eu l’occasion de participer, tu étais, sinon l’organisateur principal, au moins impliqué dans l’organisation.

4.3.1. As-tu eu vent de GN Les Sentes organisés sans ton intervention ? As-tu eu des retours ?

Thomas : Oui, plusieurs sessions des Sentes ont déjà été organisées en présentiel ou en virtuel par d’autres orgas, avec ou sans moi en joueur ou observateur. Ce que j’ai vu sur la session où j’étais joueur était assez similaire à ce que je connais (les remarques positives comme négatives auraient pu être les mêmes que sur une session organisée par mes soins), et concernant les sessions organisées sans moi, les retours étaient plutôt enthousiastes, ça fait plaisir 🙂

4.3.2. NonPasPardéfaut : As-tu eu déjà l’occasion d’assister à un GN Les Sentes en tant que « simple spectateur » ou « juste joueur » sans intervenir à aucun moment ?

Thomas : Oui, comme je l’ai dit, en joueur comme en spectateur, mais c’était sur des sessions virtuelles. C’est absolument chouette comme expérience, en revanche j’ai pas forcément appris grand-chose de nouveau, à part que l’expérience de jeu est assez stable, indépendamment de qui l’organise.

4.3.3. NonPasPardéfaut : Si tu as déjà eu des retours de parties pour lesquelles tu n’étais pas impliqué dans l’organisation. As-tu été surpris par ces retours ? Les parties se déroulent-elles toujours de façon conforme avec ce que tu pensais possible à partir de la version de Les Sentes mise à disposition sur ton blog ?

Thomas : Voir mes réponses précédentes 🙂

4.4. NonPasPardéfaut : Plusieurs exercices de préparations sont livrés avec le document publié sur blog décrivant le jeu. Par ailleurs, les joueurs ont une place centrale dans la façon dont la partie se déroule.

4.4.1. Quelle est selon toi la responsabilité des organisatrices ?

Thomas : Je crois qu’il s’agit pour les orgas de véhiculer un enthousiasme avant tout, de faire naître l’initiative, et de coordonner la préparation et le briefing, tout en laissant une place aux autres convives pour s’impliquer dans toutes ces étapes (ainsi, le jeu prévoit d’impliquer le collectif dans tout un tas de choses, notamment le choix du lieu de jeu, ce qui m’a notamment permis d’organiser le GN dans des lieux que je connaissais pas). En cours de jeu, les orgas peuvent veiller au bon déroulement, mais là aussi je pense qu’il vaut mieux laisser une grande place aux joueuses qui vont se prendre en main, les unes et les autres, éventuellement avec des réunions de déléguées pour faire des points réguliers.

4.4.2. NonPasPardéfaut : Quels sont les leviers sur lesquels elles peuvent agir afin d’imprimer leur propre pâte à l’évènement qu’elles organisent ? En somme, as-tu des suggestions quant à la façon dont un groupe de personnes peut s’approprier le jeu et définir une situation initiale typée selon leurs intentions ?

Le jeu fournit des billes pour le faire, avec justement des situations initiales à choisir, avant le jeu ou pendant le briefing, en collectif. On peut aussi personnaliser le setting, par exemple en imaginant une méta-intrigue, en changeant l’univers de jeu, en écrivant de nouvelles fiches ou en créant des personnages pré-tirés.

Les documents Hiver Nucléaire et Les Sentes en ligne proposent des pistes pour s’approprier le jeu. On peut aussi consulter, Nacha Mechta, un remake post-soviétique des Sentes réalisé par Milouch.

4.4.3. NonPasPardéfaut : Si demain je souhaite organiser une partie avec peu ou beaucoup de joueurs. Par où je commence ? Et au moment de jouer (je pense aux exercices de préparation mais le reste de la partie ne fait pas exception), as-tu des conseils ? Y-a-t’il des écueils à éviter ?

Thomas : En fait, tu peux vraiment commencer au plus simple, c’est-à-dire envoyer une copie du courrier d’invitation (en personnalisant les liens vers les fichiers de type coffre à jouets et covoiturage) et un sondage de dates aux personnes que tu veux intéresser. ça peut suffire : vous allez vous concerter sur la date, sur le lieu de jeu, et tout le reste peut être vu lors du briefing.

Au moment de jouer, je pense qu’il faut faire très attention au temps de briefing. J’ai souvent fait trop long. Si tu veux jouer le briefing en entier, ça peut prendre vraiment du temps. le mieux est de se fixer un temps limité pour cette phase et ne pas le dépasser, quitter à zapper des choses.

Utiliser le résumé des règles plutôt que les cartes d’instruction te permettra aussi d’aller plus vite, ainsi que demander aux personnes de créer leur perso à l’avance avec le générateur de personnage des Sentes. En somme ce qu’on fait sur Valerrance.

3 commentaires sur “[GN Valerrance] Interviews de participantes, 6

  1. Nous en sommes à six personnes sur liste d’attente !

    Mais ce n’est pas une raison pour ne pas se rajouter à la liste d’attente car des désistements sont toujours possibles !

    En attendant, on affute les épées en mousse et les roleplays à fleur de peau, Valerrance c’est dans quinze jours !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s