[GN Valerrance] interviews de participant.e.s, 2

Quand l’intime se tisse à l’épopée

Dans les sentes envoûtées de Valerrance

Trouverez-vous le droit chemin ?

Un nouvel entretien de participant pour patienter avant la grande confrontation !

Il reste 16 places, dont 5 en tarif solidaire.

Retrouver ici toutes les infos sur ce jeu de rôle grandeur nature

(temps de lecture : 3 mn)

crédits : Dilan Damith Prasanga’s, insane_capture, Kotomi Creations, kurafire, Mark Grealish, modowd, SophieCharlotte, CC-BY-NC, sur flickr


Thomas : Bonjour, peux-tu te présenter ?

Anonyme : Voici comment je peux me présenter :

Je n’ai jamais fait de GN, mais beaucoup de reconstitution historique (15ème siècle) et un peu de 5ème siècle et des jeux de rôle.
Je suis MJ pour Cthulhu et Te Deum (guerres de religions en France), mais en fait je préfère être joueur. Je joue aussi beaucoup sur table avec figurines, en historique ou fantaisie, tantôt comme joueur, tantôt comme MJ, là aussi.
Mes perso on généralement un profil « chaotique neutre », c’est à dire qu’ils ne font que ce qui leur semble devoir être fait, en respectant les règles qui leur semblent respectables.
Assez fidèle et loyal dans les alliances, tant que la cause semble juste. S’il faut tuer, je tue, notamment les traîtres que j’ai en horreur. Cela peut prendre du temps, mais je n’oublie jamais mes ennemis…
En fantaisie, j’aime particulièrement les Elfes, parce qu’ils ont leur propre monde et références et ne doivent rien à personne. Pour Valerrance, je me verrai bien dans le clan des Sylvestres. Par contre je n’ai absolument aucun élément de costume en rapport…

Ma compagne joue avec moi de temps en temps, sur table avec figurines, en JdR et a fait avec moi un peu de reconstitution 5ème siècle. Elle est joueuse et se prête facilement à l’aventure si l’ambiance est bonne. Elle sera avec moi dans le même clan à priori.

Thomas : Qu’est-ce que tu attends comme expérience du GN Valerrance ?

Anonyme : Ce que nous attendons de cette aventure ? L’aventure justement et surtout bien s’amuser 😉

Thomas : Tu dis être loyal dans les alliance et être prêt à tuer les traîtres. Justement, comment envisages-tu le jeu au sein des Sylvestres ? Tu vas te retrouver avec des personnes que tu ne connais pas, et parmi elles, il risque d’y avoir des agents doubles ou des personnes qui pourraient changer de camp en cours de route. Des espions risquent de vouloir capturer votre élu.e pour lae sacrifier à leur cause. Comment comptes-tu faire la différence entre les amis et les ennemis ?
Par ailleurs, vous-mêmes les Sylvestres, si vous voulez faire avancer votre cause (propager la magie de Valerrance en dehors du bois), il va vous falloir identifier et sacrifier l’élu.e des Christiques, ce qui va impliquer de l’espionnage, des embuscades… Te sens-tu prêt à faire preuve de duplicité et à te salir les mains pour cette cause ?

Anonyme : Alors il nous faudra monter un service de protection de l’élu.e et envoyer des espions chez nos ennemis… mais difficile d’en dire davantage aujourd’hui sans connaître les participants, car je compte sur mon intuition pour repérer les traîtres et les faire passer de vie à trépas…

Thomas : On a déjà bien parlé de la grande histoire, mais Valerrance, c’est aussi la petite histoire de chaque personnage. Qu’est-ce qui t’intéresse (ou t’intimide) le plus : participer à des rituels mystiques, connaître des drames intimes, explorer la forêt, participer aux fêtes et temps forts ou vivre des scènes du quotidien ?

Anonyme : Euh… disons que ce qui m’intéresse c’est le contact avec la nature, les relations sincères et sans prise de tête…
Des rituels plutôt chamaniques – j’ai un tambour chamanique que je pourrai apporter si ça colle avec le rôle – plus que mystiques et surtout pas dogmatiques !
J’aime la lenteur du quotidien, faire la sieste sous un arbre, mais aussi explorer sans bruit, grimper dans les arbres, me fondre dans les frondaisons.
J’aime aussi les fêtes (musique, danse) entre personnes de bonne compagnie, moins avec les pochtrons et autres gueulards…

Thomas : Le tambour chamanique sera tout à fait bienvenu 🙂 Pour les pochtrons ça devrait aller, on ne fournit pas d’alcool, et j’ai vu personne abuser de son stock personnel sur les éditions précédentes… Par contre des gens qui sont saouls en roleplay, ça peut arriver !

Tu n’as jamais fait de GN et Valerrance propose une façon particulière d’envisager le rôle puisque tu as un programme d’interactions à faire (dont beaucoup sont facultatives) mais tu ne sais pas à l’avance avec qui tu vas les faire, c’est une chose à décider, éventuellement en amont si tu es en contact avec des participant.e.s, mais pour la plupart, en cours de jeu, en fonction du feeling que tu as avec les personnages (et du consentement des participant.e.s) et de la pertinence dans la situation. Comment tu perçois cette façon de jouer un rôle ?

Anonyme : Disons que j’ai toujours considéré que pour jouer à un jeu de rôle sur table ou grandeur nature – la reconstitution en est une forme selon moi – il faut tenir le rôle, c’est-à-dire être à sa hauteur et ne pas le lâcher. C’est aussi une façon d’être acteur et plus l’histoire est crédible, plus il est facile de jouer son rôle.

3 commentaires sur “[GN Valerrance] interviews de participant.e.s, 2

  1. Ces entretiens sont très instructifs parce qu’ils me permettent d’affiner le dispositif en douceur et les participant.e.s peuvent aussi confronter leurs attentes et leurs visions du jeu !

    D’autres entretiens viendront !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s