[Inspiration Millevaux] Everywhere at the end of time, par The Caretaker

Everywhere at the end of time, par The Caretaker, est une épopée sonore sur l’oubli, à base de vinyles de la Belle Époque, de plus en plus scratchés et déformés, une œuvre belle de bout en bout, mais de plus en plus éprouvante au fur et à mesure que les souvenirs, la raison et le sentiment de sécurité s’effacent.

Un parcours poignant à la fois apaisé et angoissé par des intermèdes de nostalgie heureuse.

À voir également : « Cet album m’a détruit » une critique de cette série musicale, à fleur de peau, par Feldup.

temps d’écoute : 6h30

temps de visionnage : 23 mn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s