Sœur Marie-des-Eaux

Asa Hagström, cc-by, sur flickr

Sœur Marie-des-Eaux

Désir conscient : Exorciser les démons et se venger des figures de domination

Besoin inconscient : faire la paix avec son passé troublé

Faiblesse psychologique : Ultra-violent

Faiblesse physique : Douleurs et fractures chroniques

Feuille créée avec L’Empreinte :
Vocation : Combat
Métier : Nonne exorciste
Attitudes :
Combattre la menace / Se rapprocher par erreur de la menace

Empreintes : + Estropié

Feuille créée avec Les Exorcistes :

Vice :
La colère

Vertu :
La force

Description physique et personnalité :
Jeune, borgne (cache-oeil), cheveux courts, visage androgyne (tout le monde la genre au masculin). Un air de froide détermination. Paranoïaque et violente. A reçu une formation de mémographe et tient un registre de tous ses souvenirs (pattes de mouche)

Bref historique :
A connu une jeunesse très traumatique (elle a notamment aimé un horla, mais celui-ci est mort quand ils se sont embrassés, étonnement c’est la chose qui l’a marqué le plus alors qu’elle a été victime de choses plus violentes), au terme duquel elle a d’abord reçu une formation de mémographe puis de soeur exorciste. En guerre contre les figures du mal. Assez attachée au voeu de chasteté. Fascinée par le texte de l’Apocalypse.

Mots-Clefs :

  • Soeur Exorciste
  • Opinel
  • Mémographe
  • Combattante
  • Âne

Lien avec autre PJ :
A sauvé la vie de Soeur Jacqueline, s’en rappelle mais ne veut pas lui remettre ça dans les dents. La naïveté de Soeur Jacqueline a failli leur coûter la vie en enfer.

PNJ favori :
Basile, le cordelier (ses cordes sont vecteurs d’égrégore, elles lui ont révélé la statue de Jésus)

Passé oublié :

+ Je suis passé sous un engin agricole quand j’étais enfant, ce qui pourrait expliquer mes traumatismes physiques.

+ Raymond, mon frère disparu en bas âge.

Passé oublié tiré avec Session Zéro :

+ Il y a quelqu’un de spécial à qui vous avez ouvert votre cœur. Décrivez votre premier amour : Était-ce réciproque ? Qu’est-ce que vous aimiez le plus chez cette personne ?
Je pense que c’était réciproque. C’était un être de cicatrices et de souffrance, alors il me comprenait sans parler, c’est ça que j’aimais le plus chez lui. Notre amour était réciproque et c’est ça qui l’a perdu, il est tombé en miettes quand je l’ai embrassé.

+ Un son particulier vous fait toujours sourire. De quel son s’agit-il ? Comment est-ce devenu un son rassurant pour vous ? L’entendez-vous encore maintenant que vous avez commencé à voyager ?
C’est le son de l’eau courante. Cela évoque la vie et la pureté qui continuent à se trouver un chemin, malgré tout. Je ne l’ai pas beaucoup entendu durant mon périple, aussi je m’intéresse à découvrir où sont les ruisseaux aux Voivres, on m’a parlé des Forges Quenot.

+ Vous aviez un compagnon fidèle en grandissant. Décrivez l’animal qui a accompagné votre enfance. Comment est-il devenu votre compagnon ? Est-il toujours votre animal ?
C’était un lapin dodu et je l’emmenais partout avec moi. Mais un jour, on m’a fait manger du civet et j’ai appris que c’était mon lapin. C’est le dernier souvenir que j’ai de mes parents.